Archive of ‘Divers’ category

Après-midi à GROUND CONTROL

Ca fait longtemps que j’avais envie de tester ce lieu atypique, idéal pour « chiller » entre amis en sirotant une limonade et tester un de leur food truck…

Après un échec cuisant lors d’une chaude soirée printanière, beaucoup beaucoup trop de monde, on avait préférés filer dans le très à la mode « GAMELLE » (dont je vous parlerais très bientôt..)

33333108_10160333376040291_1091663979496865792_n

33306046_10160333375940291_339838273683718144_n

33424553_10160333375745291_5728534663945781248_n

FullSizeRender-45

FullSizeRender-46

Le concept

Ground Control, Saison 5 !

Après avoir ambiancé la Cité de la Mode (2014), campé sur des friches ferroviaires du 18e (2015), changé son nom en Grand Train (2016), déménagé dans le 12e (2017)… Ground Control pose ses valises pour deux ans et triple sa surface de plein-air en ouvrant une méga-halle de 4 500 m dans les vieux entrepôts de la SNCF !

Mais alors que nous réserve Ground Control, jusqu’à début 2020 ? Le lieu de vie pluridisciplinaire et indépendant retrouve ses 1500 m² de terrasse et squatte, pour la première fois, l’intérieur de la Halle Charolais, proposant ainsi 4500 m² d’espaces couverts !

Au menu à l’intérieur :

  • Halle à Manger : Faggio (pizza traditionnelle), Mr Zhao (chinois contemporain), Solina (pâtes fraiches aux blés anciens), Chilam (mexicain 100% fait maison), Table nali (african fusion) ou encore cuisine du monde par des chefs réfugiés (La Résidence).

33514124_10160333375860291_5044480020190330880_n

FullSizeRender-53

Solina

Solina : Gnochetti courgette, pesto d’olives, anchois, câpres, parmesan

33397530_10160333375585291_911574596321280000_n

Chilam « Nortena » Burger onglet de boeuf, mariné et grillé, haricots noirs, guacamole, oignons, coriandre

33495884_10160333376440291_1328783969948270592_n

Chilam « Yucateca » Burger au porc mariné

  • Un bar à vin (Le Décanteur) et un bar à cocktails façon speakeasy dans… un avion (Long Courrier), et la Ground Epicerie pour grignoter.
  • Zone Franche : une zone événementielle avec des boutiques et marchés :
    • Mama Petula : Petite jungle urbaine réunissant plantes, végétaux et objets de décoration végétale à prix très abordables
    • Objets Trouvés : concept-store et cabinet de curiosités.
    • Circuit Court : Un étal primeur où faire ses emplettes le week-end. Au choix, des produits alimentaires, bons, bios, de saison, et issus de circuits-courts.
    • Boutique Grand Train
    • Librairie Charybde
  • Ateliers & galeries :
    • GCCC, le « Ground Control Charolais Club » : Cet atelier de lutherie propose le jour des services de customisation, réparation et fabrication de guitares et basses. Le soir venu, il se transforme pour accueillir sur sa scène des concerts acoustiques, en petit comité.
    • Studio 81 : Georges Saillard et son ami photographe José Canavatte font découvrir des photographes de tous horizons et proposent des tirages à petits prix et en séries limitées, ainsi que des ateliers d’initiation à la photographie.

    • Galerie : Une galerie d’art mais aussi un atelier où on peut voir évoluer des artistes de Paris et d’ailleurs.
    • Les Pas Perdus : Pour prendre soin de soi! Yoga, pilates, reiki, réflexologie et méditation du mercredi au dimanche.
    • Hors Control : L’espace pour les enfants.
    • Ground Control Radio 

Au menu à l’extérieur :

  • RestaurantsRØK by WoodMen (cuisine danoise), rozell & co (galettes pur beurre bio), peppa porchetta (italien avec les mains), the asado club (bbq argentin par l’équipe de Carbon), l’huitrerie des frères besson
  • Grand Verger : une terrasse-jardin et un potager avec Les Fermes de Gally
  • Notez que Ground Control affiche également une nouvelle identité graphique, avec une nouvelle signature : “Libres & Curieux“, misant à la fois sur l’indépendance, l’expérience, l’impertinence, le partage, le pluralisme, la solidarité.

 

VERDICT

Après-midi très sympa entre copines, on est arrivées pour le déjeuner, un jeudi, c’était calme, idéal pour bien profiter de l’espace. Ultra contente de goûter SOLINA que j’avais repéré dans l’émission « Très Très Bon » : les pâtes étaient top, al dente cuisinées minute, les burgers mexicains très copieux et savoureux. Globalement les prix sont corrects (comptez dans 10-15e le plat), on a pris des limonades citron vert vraiment très bonnes et thé glacés à l’épicerie (un peu cher 4-5e mais vous avez une consigne d’un euro)

 

Infos pratiques

Adresse : 81 rue du Charolais 75012 (métro : Gare de Lyon, Reuilly – Diderot, Daumesnil)

Le site : ici

Ouvert du mercredi au dimanche de 12H – minuit et le WE à partir de 11H

 

Accessibilté PMR

Pour y accéder en fauteuil, il vous faudra faire le tour du bâtiment, et monter la rue sur environ 300m. Pas vraiment easy d’atteindre la grille d’entrée : Des pavés, des trous, un trottoir en pente.. Un peu galère.. !

Par contre après sur place vous pouvez accéder à l’intérieur de l’entrepôt par une pente douce sur le côté (tout près de la grille de l’entrée)

FullSizeRender-52

Article sur la plateforme HIZY Avril 2018 : Se déplacer en fauteuil roulant, les solutions d’une parisienne

Avec « L’atelier s’adapte » et notre projet de Table à Langer Adaptée, nous avions participé au concours Fablife 2016 organisé par Leroy Merlin et Handicap International. 

Handicap International a décidé de créer une grande plateforme autour du handicap HIZY, avec de grands dossiers thématiques, des forums.. pour répondre à de nombreuses questions que l’on peut se poser.

Caroline Boudet, une journaliste que j’avais rencontré à la remise des prix Fablife m’a contacté pour témoigner dans le cadre d’un grand dossier sur la mobilité

Lien de l’articlehttps://hizy.org/fr/mobilité/deplacements-exterieurs/se-deplacer-en-fauteuil-roulant-les-solutions-?platform=hootsuite

IMG_0721

IMG_0723

FullSizeRender-13

FullSizeRender-14

FullSizeRender-15

FullSizeRender-16

FullSizeRender-17

 

Article dans PORPHYRE mai 2018 : Handicap et monde du travail en pharmacie

Je n’en parle pas très souvent ici, mais je ne suis pas qu’une « Food addict » qui courent les restos héhé ^^, je suis aussi docteur en pharmacie. Porphyre est un journal pharmaceutique destiné aux préparateurs. Un de leurs journalistes m’a contacté pour lui parler de mon parcours / expérience professionnelle.

Travailler en étant malade ou handicapé

FullSizeRender-18

Garder son emploi lorsque l’on est malade ou handicapé entraine le travailleur dans un parcours où maladie et traitements se mêlent à des démarches administratives complexes. Des officinaux ont accepté de nous faire partager leur expérience.

« J’ai très mal vécu l’annonce de mon inaptitude au métier de préparatrice en pharmacie alors que je n’avais pas 40 ans. Un métier que j’aime depuis toujours et que j’ai commencé à l’âge de 16 ans » se souvient Fanny, préparatrice dans le Pas-de-Calais, atteinte de fibromyalgie. Avec l’allongement de la durée de vie au travail et la progression de certaines pathologies, la question du maintien dans l’emploi de travailleurs avec un problème de santé se pose de plus en plus fréquemment. Quelques officinaux nous font partager leurs parcours où la maladie et les traitements se mêlent à la complexité des dispositifs administratifs. Un parcours où « il faut avoir du tempérament et se battre » selon les mots d’Oriane Thiolière, pharmacienne adjointe, obligée de se déplacer en fauteuil roulant à cause d’une amyotrophie spinale.

Maladie ou handicap ?

L’expression « travailleur handicapés » reste encore associée à l’image du fauteuil roulant ou de la canne blanche alors que la définition du « handicap » a été élargie par la loi sur le handicap de 2005 (1). Depuis, la notion de handicap s’étend aux caractères incertains, fluctuants et évolutifs des maladies invalidantes, à leurs impacts sur la vie quotidienne et sur le travail et aux effets des traitements eux-mêmes. Et le Code du travail prévoit que « toute personne dont les possibilités d’obtenir ou de conserver un emploi sont effectivement réduites par suite de l’altération d’une ou plusieurs fonctions physique, sensorielle, mentale ou psychique » peut bénéficier du statut de travailleur handicapé (Article L323-10). Ainsi, tout personne souffrant d’une maladie chronique comme le diabète ou une infection par le VIH, d’un problème de santé ayant des répercussions sur son travail tels des rhumatismes ou des problèmes de vue peut être avoir la reconnaissance de « travailleur handicapé » (voir plus loin).

Encadré : Quelques chiffres*

– 2,7 millions de personnes en âge de travailler (de 15 à 64 ans) déclarent être bénéficiaires de la reconnaissance administrative d’un handicap ou d’une perte d’autonomie ;

– 43% des personnes bénéficiaires d’une reconnaissance administrative du handicap sont actives : 35 % sont en emploi, 8 % au chômage ;

– 938 000 personnes bénéficiaires d’une reconnaissance administrative du handicap occupent un emploi (477 000 hommes et 461 000 femmes).

*Source : INSEE, Enquête emploi 2015, traitement DARES.

Quelque chose ne va pas..

L’annonce du diagnostic est souvent précédée d’une période de doute. Quand le diagnostic se fait attendre, c’est un changement d’état de santé qui laisse penser que quelque chose ne va pas. Fanny a continué à travailler malgré les douleurs croissantes et l’inefficacité des antalgiques. Jusqu’au jour où elle dit pour la première fois à son titulaire qu’elle ne peut plus travailler. S’ensuit un arrêt maladie d’une année au cours duquel le diagnostic de fibromyalgie finit par être posé. Préparatrice à Hazebrouck (59), Elise Spannuet, a aussi connu une année difficile avant que son diabète insulino-dépendant ne soit diagnostiqué. Au point qu’elle se souvient avoir été « contente quand on a trouvé ce qui n’allait pas chez [elle] ». Même si après cette première réaction il a fallu « digérer » l’annonce d’une maladie chronique que la lycéenne de l’époque a « géré seule ». Dans d’autre cas la maladie surgit brutalement au décours d’un examen. C’est par une auto-palpation de son sein qu’Ingrid Dupuis, préparatrice au Centre hospitalier de Douai, a découvert une anomalie. Elle en parle à ses collègues, et comme elle partait en vacances quelques jours après, sa Cadre de santé lui a proposé de se rendre aux urgences de l’hôpital. Une interne en gynécologie l’ausculte et lui prend immédiatement un rendez-vous pour une échographie. « On m’a fait quatre ponctions en urgence. Et à partir de là, j’ai commencé à douter » se remémore la préparatrice hospitalière.

Le choix du métier 

Si pour Fanny devenir préparatrice en pharmacie a toujours été une évidence, ça n’est pas toujours le cas quand la maladie oblige à revoir ses projets. Elise Spannuet ne connaissait de l’officine que le métier de pharmacien auquel elle se destinait avant que le diabète ne vienne perturber sa scolarité. « Je suis quand même passée en terminale malgré une année très difficile en classe de première avant le diagnostic. Je n’ai réussi mon BAC qu’à la deuxième tentative à cause du retard accumulé. J’avais perdu du temps et la durée des études de pharmacie m’a alors fait peur » se souvient la préparatrice. « Après le bac, une conseillère d’orientation m’a proposé un nouveau DEUST Technique et organisation des professions de la santé qui m’intéressait parce qu’il traitait de pharmacologie. C’est pendant le DEUST que j’ai découvert le métier de préparatrice au cours des stages en pharmacie. J’ai commencé la formation à l’âge de 24 ans mais, sans le diabète, j’aurais fait pharmacie ». Réorientation aussi pour Cynthia Mérot atteinte d’une surdité sévère profonde diagnostiquée à l’âge de 6 mois qui l’empêche d’entendre une conversation même avec un appareil auditif. « Sans ce handicap, j’aurais aimé être infirmière ou sage femme. Avec le métier de préparatrice, j’ai quand même pu exercé dans le milieu médical, ce qui m’intéressait » confie la préparatrice. Cynthia a fait une formation en alternance pendant 2 ans et a réussi le BP. « Ça a été très dur car il n’y avait pas régulièrement d’interprète présent. Je devais donc me débrouiller seule et parfois je ne comprenais rien » relate avec une pointe d’humour la préparatrice aujourd’hui en poste à Paris.

Le labyrinthe administratif

L’Allocation pour adulte handicapé (AAH) est versée par la CAF, la pension d’invalidité par la Sécurité sociale, le médecin traitant prescrit le temps partiel thérapeutique mais c’est le médecin du travail qui recherche des solutions d’aménagements du poste de travail et/ ou de reclassement professionnel… Pas facile de se retrouver dans ce qu’il est coutume d’appeler un labyrinthe administratif.« Le parcours administratif n’est pas simple. On pourrait penser qu’une structure va tout gérer, mais on est face à « de l’administratif au plus haut degré ». La moindre démarche prend beaucoup de temps et pour le moindre papier il faut trois semaines en passant par trois bureaux différents » schématise Oriane Thiolière dont l’amyotrophie spinale, maladie génétique due à une dégénérescence des cellules nerveuses, est caractérisée par une faiblesse musculaire liée à une paralysie plus ou moins importante.

Par où commencer ?

Cynthia estime s’être « débrouillée toute seule » alors que Fanny a été conseillée par son médecin traitant tout au long du parcours. Elise avait un suivi annuel à l’hôpital quand son diabète de type 1 a été diagnostiqué. « Ce n’était pas suffisant. Ma glycémie faisait un peu trop le yoyo. Mon médecin traitent m’a orientée vers une endocrinologue près de chez moi avec qui j’ai un suivi plus régulier », et un diabète équilibré. « J’ai l’impression que chacun récupère des infos au fil de son expérience » rapporte Oriane. « Ce n’est pas évident de se diriger dans tout ce qui est AAH et autres. La moindre démarche prend beaucoup de temps et implique parfois plusieurs interlocuteurs ». En fait plusieurs entrées sont possibles. « Au début la personne qui est un peu perdue peut tout aussi bien s’adresser à son médecin traitant, au médecin du travail, à son employeur ou, en cas de problèmes sociaux associés, à un(e) assistant(e) social(e) de la Caisse d’Assurance Retraite et de Santé Au Travail [Carsat (2)]  » constate Sandra Labret , Responsable des Ressources Humaines de l’Association Interprofessionnelle de Santé et Médecine de Travail Marseille – Bouches-du-Rhône (AISMT13). « Même si l’aide au maintien de l’emploi relève principalement du médecin du travail et des Services d’appui au maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés [Sameth (3)] ». L’employeur connaît les coordonnées du médecin du travail, qui doivent être affiché sur le lieu de travail. Il cotise à un service de santé au travail, et chaque salarié a droit à un accès gratuit au médecin du travail à tout moment. Le plus souvent, le salarié prend rendez-vous avec le médecin du travail qui fait un signalement au Sameth pour bénéficier d’un cofinancement si un aménagement de poste est envisager. Le médecin du travail peut conseiller au salarié de faire un dossier MDPH.

Etre reconnu « travailleur handicapé »

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur handicapé (RQTH) donne accès à des aides spécifiques mises en place pour favoriser l’insertion professionnelle et le maintien dans l’emploi. Une « reconnaissance » pourtant mal vécue par les bénéficiaires qui, après la découverte de la maladie, y voient l’annonce d’une gravité supplémentaire de leur état de santé qui renforce le sentiment d’être « différent » déjà inscrit par la maladie. En pratique, la RQTH est demandée auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) (4) du lieu de résidence. Elle est accordée, pour une période de 1 à 5 ans renouvelable, aux travailleurs dont le handicap (au sens de la loi de 2005) réduit effectivement les possibilités d’obtenir ou de conserver un emploi. « La RQTH est un des premiers éléments à obtenir pour le maintien dans l’emploi » souligne Sandra Lebret. « Cette reconnaissance administrative permet de bénéficier d’aides et d’accompagnement. Elle permet par exemple à l’employeur d’obtenir des co-financements par un Service d’Appui au Maintien dans l’Emploi des Travailleurs Handicapés [SAMETH] au cas où des aménagements de poste seraient nécessaire (voir encadré) ». La RQTH est obtenue dans un délai compris en moyenne entre 3 et 8 mois. Il existe aussi une procédure d’urgence quand l’état de santé impose une décision rapide. « L’autre intérêt de demander cette reconnaissance même quand la maladie n’affecte pas l’activité, c’est que, vu les délais d’obtention, le bénéficiaire peut la faire valoir rapidement en cas d’aggravation de l’état de santé ».

En parler ou pas

L’employeur ne peut en être informé d’une RQTH que par la personne concernée.

« J’ai demandé la RQTH au cas où je travaillerais en clinique ou dans l’industrie. C’est peut être un argument pour l’embauche. Je ne suis pas contre l’idée de m’en servir mais je n’ai jamais eu le statut de travailleur handicapé à l’officine » rapporte Oriane Thioliere, qui, même sur son fauteuil, n’a « pas forcément envie de mettre [son] handicap en avant ». En fait la RQTH n’est ni un « label » péjoratif ni un statut garantissant une sécurité d’emploi (5). « On ne peut conseiller à un salarié de signaler le RQTH ou pas à son employeur. Certains font le choix de l’annoncer d’emblée dans leur CV, c’est un peu à quitte ou double. Ça dépend beaucoup de la position de l’employeur vis à vis du handicap ou de la maladie » prévient Sandra Lebret. Parler de sa maladie à son employeur et à ses collègues présente un intérêt pratique quand il s’agit d’aménager le poste de travail  (fatigabilité, accès aux toilettes, absences pour causes d’examens médicaux…). A un niveau plus intime, parler de sa maladie permet aussi de se sentir plus à l’aise et d’éviter la gêne provoquée par l’impression de mentir constamment, un sentiment assez fréquent et souvent mal vécu (5).

Une allocation pour l’« autonomie » 

L’allocation aux adultes handicapés (AAH) est destinée à assurer un minimum de ressources aux personnes handicapées. Elle accordée par la MDPH (4) pour une période de 1 à 5 ans à plusieurs conditions. Le bénéficiaire doit notamment être atteint d’un certain taux d’incapacité permanente et disposer de ressources inférieures à certains plafonds, 9 828 € pour une personne seule et 19 656 € pour un couple. En fonction des ressources du foyer, la CAF applique un abattement sur le montant à taux plein de l’AAH qui est actuellement de 819 € pour un bénéficiaire sans ressource. « Avec ce mode de calcul, j’ai quasiment perdu l’AAH en me mariant l’été dernier » rapporte amèrement Oriane. « C’est aussi pour ça que je me remets activement dans la recherche d’emploi ». Si le secrétariat d’Etat en charge du handicap explique ce calcul de l’AAH par le fait que vivre en couple permet de faire des économies, notamment sur les frais fixes (logement, électricité…), certains députés ont dénoncé une mesure totalement injuste pour les personnes en couple. Au point que certaines personnes handicapées renonceraient à leur projet de mariage ou de Pacs sous peine de voir diminuer ou disparaître leur « allocation d’autonomie » (6). L’AAH va être revalorisée en deux temps, elle sera portée à 860€ le 1er novembre 2018 puis à 900€ le 1er novembre 2019.

Du temps partiel au licenciement pour inaptitude 

Pendant son année passée en arrêt de travail son employeur a assuré à Fanny un maintien intégral de son salaire, primes de Noël et d’été comprises. Pendant cette période la préparatrice a bénéficié d’indemnités complémentaires versées par son employeur qui s’ajoutent aux indemnités journalières versées par la sécurité sociale (voir encadré). Dans le même temps l’employeur de Fanny vend la pharmacie et le nouveau titulaire est d’accord pour reprendre la préparatrice en temps partiel thérapeutique (voir encadré). « Le médecin du travail s’est rendu à la pharmacie pour proposer les aménagements qui me permettraient de travailler en étant malade, en accord avec le repreneur de la pharmacie » relate Fanny dont la fibromyalgie est alors diagnostiquée. En l’occurrence éviter le port de charge lourde et disposer d’un siège haut pour servir. Avant sa reprise, Fanny reçoit une convocation à un entretien préalable au licenciement pour inaptitude au poste de travail. Cette inaptitude est prononcée par le médecin du travail qui considère que l’état de santé du salarié est devenu incompatible avec son poste et qu’aucun aménagement n’est possible. La préparatrice se souvient de son incompréhension à ce moment-là. « Du jour au lendemain je n’étais plus considérée comme préparatrice en pharmacie. Je ne me considérais pourtant pas comme inapte. Peut-être un peu ralentie, mais je pouvais encore faire le comptoir et le secrétariat avec un siège » explique Fanny. Une situation difficile a acceptée qui va pourtant être aggravée par une seconde décision de mise en invalidité.

La pension d’invalidité

Lorsqu’il déclare le travailleur inapte à son poste le médecin du travail peut rendre deux types de décisions. Soit il mentionne que le maintien du salarié au même poste n’est pas possible. L’employeur est alors tenu de rechercher une solution de reclassement dans un emploi comparable. Après un mois de recherche de solution de reclassement infructueuse justifiée par l’employeur, celui-ci peut alors procéder au licenciement du salarié. Soit le médecin du travail mentionne que l’état de santé du salarié l’empêche aussi d’être reclassé dans un autre emploi, et l’employeur peut alors licencier le salarié sans chercher de reclassement. Après avoir été reconnue inapte à son poste dans un premier temps, Fanny est ensuite mise en invalidité de 2ème catégorie par le médecin conseil de la caisse d’assurance maladie. Comme tout salarié dont la capacité de travail ou de revenus est réduite d’au moins 2/3 et répondant à quelques conditions, la préparatrice a droit à une pension d’invalidité pour compenser la perte de ses revenus. Le montant de cette pension dépend du salaire moyen sur la base des 10 meilleures années d’activité et de la catégorie d’invalidité attribuée par le médecin conseil. Pour Fanny, la pension d’invalidité de 2ème catégorie s’élève à 50% de son salaire annuel moyen. La pension d’invalidité peut être révisée à tout moment en cas d’amélioration ou d’aggravation de l’état de santé du travailleur. Elle peut être suspendue si la personne reprend une activité et si, pendant six mois consécutifs, le cumul de la pension d’invalidité et du revenu tiré de l’activité dépasse l’ancien salaire. Une fois atteint l’âge légal de la retraite, entre 60 et 62 ans, la pension d’invalidité se transforme en pension retraite pour inaptitude.

Le soutien bienveillant de l’équipe

La bienveillance de sa cadre et de ses collègues a permis à Ingrid de ne pas interrompre son activité à l’hôpital malgré son cancer du sein, et de ne pas avoir besoin des aides au maintien dans l’emploi. « Les médecins me disaient de m’arrêter et dès le diagnostic la DRH m’a parlé d’un temps partiel thérapeutique. J’ai décidé d’aviser au jour le jour, en prenant des jours de repos après les chimios quand j’étais trop fatiguée et trop nauséeuse » se remémore la préparatrice. « C’était très important, je ne me voyais pas rester chez moi à ruminer comme je le faisais pendant mes repos après les chimios ». Arrangements sur le planning et pour le port des charges lourdes, laisser la priorité pour les postes moins fatigants, toute l’équipe s’est investie pour lui faciliter la tâche avant de se cotiser « pour que je profite bien de mes vacances après mon opération ». Elise ne se considère pas comme malade malgré son diabète et voit plutôt sa situation comme « une hygiène de vie à respecter ». « Dernièrement la médecine du travail est venue à la pharmacie pour faire une étude de mon poste mais je n’avais pas besoin d’aménagement. Ma titulaire fait seulement très attention à ce que j’aie du temps pour déjeuner même si on est en effectif restreint ». Cynthia conserve son poste au préparatoire de la pharmacie, où ses collègues ont pris l’habitude de lui parler en face pour qu’elle puisse lire sur leurs lèvres.

Des conséquences variables

Si Cynthia, Ingrid et Elise ont pu conserver leur poste, Fanny a ressenti « une grande frustration » quand elle a été privée de son travail. « La première année a été très difficile pour moi qui étais habituée à un métier de relations à la pharmacie » rapporte la préparatrice dont la fibromyalgie s’est aggravée au point de limiter fortement ses capacités et qui s’est « faite à l’idée de ne plus travailler en officine ». Elle est aujourd’hui bénévole dans une Association d’aide à l’enfance malade, « Les motards de l’espoir ». « J’y ai retrouvé un peu ce qui m’avait poussée vers un métier de santé. Psychologiquement ça fait du bien d’aider les autres » reconnaît-elle. Quant à Oriane, elle reprend son CV et se prépare à chercher un emploi d’adjointe. « Dans l’idéal j’aimerais faire un mi-temps à la pharmacie et un mi-temps pour d’autres choses qui m’intéressent comme de travailler dans le champ du handicap et du voyage. Faire des guides « Voyager en fauteuil » par exemple. En attendant elle a monté sa propre association, « L’atelier s’adapte », dont le but est des réfléchir à des solutions d’adaptation pour faciliter le quotidien des personnes en situation de handicap.

Encadré : Les indemnités complémentaires

Pendant un arrêt maladie, le salarié peut bénéficier d’indemnités complémentaires (IC) versées par l’employeur qui s’ajoutent aux indemnités journalières versées par la sécurité sociale (IJ).

En fonction l’ancienneté

Au début le salarié perçoit 90% de la rémunération brute qu’il aurait perçu en travaillant (IJ + IC) puis 66% de cette rémunération a partir d’un certain délai qui dépend, comme la durée totale des versements, de l’ancienneté. Exemples* :

– de 1 à 5 ans d’ancienneté, les IC sont versés pendant 60 jours maxi pour porter l’indemnisation (IC+IJ) à 90% pendant 30 jours et à 66,66% pendant 30 jours ;

– de 11 à 15 ans d’ancienneté, IC pendant 100 jours maxi pour porter l’indemnisation (IC+IJ) à 90% pendant 50 jours et à 66,66% pendant 50 jours.

A savoir

– un délai de carence de 7 jours est prévu pour le versement des indemnités complémentaires. Ainsi, sauf dispositions conventionnelles ou accord collectif plus favorables, le versement commence le 8ème jour de l’arrêt maladie ;

– si le salarié a déjà bénéficié d’indemnités complémentaires de l’employeur dans les 12 mois précédents l’arrêt maladie, le nombre de jours déjà indemnisés est déduit de la durée de versement des IC ;

– en contrepartie de l’obligation de verser les indemnités l’employeur est peut faire pratiquer une contre-visite médicale à votre domicile par le médecin de son choix et n’est pas tenu de vous prévenir à l’avance.

* Toutes les situations sur Service-Public.fr, fiche pratique« Arrêt maladie : indemnités versées au salarié par l’employeur ».

Encadré : Le temps partiel thérapeutique 

Souvent appelé « mi-temps thérapeutique », le temps partiel thérapeutique ne correspond pas forcement à un mi-temps strict (1/3 temps par exemple), et peut aussi comporter une adaptation de la charge et/ou du rythme de travail. C’est une disposition temporaire possible après un arrêt de travail consécutif à une maladie ou un accident. Le but est la réinsertion progressive dans l’activité jusqu’à la reprise d’un temps complet dans les conditions initialement prévues dans le contrat. La demande est faite avec le médecin traitant au médecin conseil de la CPAM. Une fois votre demande acceptée, le médecin du travail donne un avis à la reprise thérapeutique. Si l’avis est favorable, l’employeur et le salarié doivent s’entendre sur les modalités du temps partiel thérapeutique. La rémunération du salarié se compose d’une partie du paiement des heures effectuées par l’employeur et d’Indemnités Journalières versées par la CPAM, dont le montant est déterminé par le médecin conseil.

L’employeur peut refuser le temps partiel thérapeutique. Ce qui doit faire envisager soit la poursuite de l’arrêt de travail jusqu’à la reprise du travail dans des conditions normales, soit la reconnaissance d’une inaptitude au poste de travail qui oblige l’employeur de procéder à un licenciement.

Encadré : Le cas du cancer

Nathalie Poyet, Chargée de développement chez « Allo Alex », ligne téléphonique et plateforme digitale pour concilier maladie et travail.

Le cancer permet-il la Reconnaissance de la Qualité de Travailleur handicapé (RQTH) ?

Oui, avec un diagnostic de cancer la personne est éligible à la RQTH même quand elle arrive à mener de front travail et traitements. Les obstacles dans le cas d’un cancer relèvent à la fois d’un manque d’information et d’une réticence vis à vis de l’« étiquette » d’handicapé. Alors que ce statut donne des droits et peut devenir très utile en fonction de l’évolution de la situation. Par exemple il est possible, dans certaines situations, de bénéficier d’une retraite à taux plein dès l’âge légal de départ, entre 60 et 62 ans, même sans avoir tous ses trimestres, ou d’un départ à la retraite anticipée.

 

Qu’en est-il du temps partiel thérapeutique ?

La RQTH ne solutionne pas tout. Les absences liées à la maladie obligent à poser des jours de congés ou des RTT. Pendant les temps de chimiothérapie les personnes peuvent prendre un arrêt maladie, mais c’est plus compliqué par la suite. A la fin des traitements le médecin traitant peut faire une demande de temps partiel thérapeutique auprès de la sécurité sociale qui peut être suivi si besoin par une mise en invalidité. Pour une même problématique, chaque situation individuelle implique des solutions différentes.

Qu’est-ce que « Allo Alex » ?

Allo Alex a été créé en 2016 par Anne-Sophie Tuszynski qui avait déjà fondé Cancer@work, club d’entreprises qui s’adresse plutôt aux DRH et managers. C’est une ligne téléphonique et un blog qui répondent aux questions des malades et des aidants*.

* Appel gratuit au 0 800 400 310) ou sur http://www.alloalex.com.

(1) Loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

(2) Depuis le 1er juillet 2010, les Carsat ont remplacé les caisses régionales d’assurance maladie (CRAM) à l’exception de la CRAM Ile-de-France.

(3) Présents dans tous les départements, les SAMETH ont pour mission d’aider les entreprises et les salariés à trouver une solution de maintien dans l’entreprise. Trouver un SAMETH en rentrant votre département dans la rubrique « Annuaire » du site de l’Agefiph (www.agefiph.fr)

(4) Au sein de la MDPH, c’est la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH) qui accorde la RQTH et l’AAH.

(5) Guide « Maladies chroniques et emploi », Association [im]Patients, Chroniques & Associés, seconde édition, 2014. Sur http://www.chronicite.org

(6) Une cinquantaine de députés de « tous bords » ont soutenu la proposition de loi présentée le 23 janvier 2018 par la députée Marie-George Buffet demandant la suppression de la prise en compte des revenus du conjoint dans le calcul de l’AAH.

Article dans le VLM-AFM mai 2018 : Mes conseils pour bien préparer vos sorties en tout sérénité

FullSizeRender-18 - copie

Culture pour tous !

Cet été, faites le plein de culture !

En été, difficile de résister à l’appel du grand air et des sorties en famille ou entre amis. Sauf que… En fauteuil roulant, il n’est pas toujours facile de jouer la carte de l’imprévu ! Nos conseils pour bien préparer vos sorties et profiter de vos loisirs en toute sérénité !

  • Demandez conseil. Il existe aujourd’hui de nombreux lieux culturels proposant une offre adaptée à tous les publics. Malheureusement, l’accès à l’information manque souvent de visibilité. Votre Délégation connaît mieux que quiconque les offres de loisirs accessibles proches de chez vous. N’hésitez pas à leur demander conseil pour éviter toute mauvaise surprise. Ces échanges permettront également de vous rassurer et de lever certains freins psychologiques.
  • Contactez l’établissement. L’idéal est de demander à votre entourage d’aller repérer les lieux ou d’appeler directement l’établissement afin d’évaluer son degré d’accessibilité selon VOS propres besoins. « Tout est question de logistique. Quand on est bien informé, on peut s’organiser en conséquence, explique la bloggeuse Oriane Thiolière, atteinte de SMA. Personnellement, j’appelle toujours pour vérifier un certain nombre de points : accessibilité des étages, état de fonctionnement d’un ascenseur, marches à franchir à l’entrée… Je me souviens par exemple d’une brasserie qui venait juste d’ouvrir : elle était accessible, mais à l’intérieur les tables de bar étaient bien trop hautes pour mon fauteuil ! Résultat : il a fallu changer d’établissement pour déjeuner ! »
  • Soyez précis. Plus vous serez précis et détaillé dans vos questions, et mieux vous pourrez profiter de votre sortie. N’oubliez pas d’évoquer les éventuels problèmes d’accessibilité aux abords de l’établissement. Rien n’est plus agaçant en effet qu’une entrée en gravier ou en terre battue ou un stationnement trop lointain. « Pour ma part, je réserve à l’avance une place sur le service de transport collectif et adapté PAM75 », confie Oriane.
  • Partagez vos expériences. Il existe des sites et des applis, pour partager ses coups de cœur et bonnes adresses. La plateforme Jaccede référence ainsi près de 100 000 lieux et détaille leur accessibilité selon une grille de critères. A vous de les filtrer selon vos propres besoins ! Pratique, les informations sont mises à jour régulièrement grâce à la contribution des utilisateurs. Autre bon plan : l’application Wilson (ex I Wheel Share), le majordome des bons plans handicap ! Ce robot conversationnel facilite la recherche des lieux publics accessibles, selon votre localisation et votre handicap. En quelques questions, Wilson cerne votre demande et y répond avec rapidité et humour, 24h/24, 7 j/7 ! A ce jour, ce service permet de localiser plus de 150 000 toilettes accessibles, mais aussi des cinémas et depuis peu, des logements à louer grâce au partenariat avec seloger.com.
  • Soyez prévoyant… en particulier si vous envisagez de participer à un festival. « En général, les grands festivals sont très accessibles, tout comme les salles de concerts, qui proposent souvent une ligne téléphonique dédiée ou un service d’information par mail. Je regrette toutefois que certaines salles placent les personnes à mobilité réduite sur une estrade réservée, sans possibilité d’être à côté de ses amis, constate Oriane. Un point à vérifier, donc, pour ne pas être déçu une fois sur place.
    Enfin, pour les spectacles de plein air, pensez à bien recharger la batterie du fauteuil et prévoyez un sac à dos avec un vêtement de pluie, un pull, une casquette, pour faire face aux caprices de la météo !

Contacts

Jaccede 
Disponible le site http://www.jaccede.com ou sur application.

Wilson
Disponible sur Messenger :  http://m.me/iwheelshare

Paris est une fête en fauteuil
Un blog qui fourmille de bonnes adresses (restaurants, bars, salons de thé, musées, etc) en Ile-de-France et ailleurs !
http://www.peufef.fr

Un Week-end à LONDRES

Avec quelques copines, nous avions décidé de se faire un petit week-end londonien, elles avaient très envie de découvrir les studios Harry Potter et de faire une visite sur les traces de Jack L’éventreur. Je vous invite à retrouver l’article de Marie de « En Van Simones » sur cette première partie de we, très bientôt. Avec Niko nous sommes arrivés le vendredi soir, rien de tel que de se retrouver tous dans le quartier très branché de Shoreditch..

Pour cet article, je vous propose mon programme du Week-end avec bien sur plus de détails sur mes bonnes adresses FOOD.

Nous connaissions tous Londres, C’était mon 3e séjour. J’avais envie d’explorer d’autres quartiers. C’est pour cela que je vous épargne tous les points d’intérêts classiques que vous pouvez retrouver sur tous les blogs et guides.

Ce week-end était sous le signe de belles découvertes,  de surprises au hasard des balades, de nouveaux quartiers, avec bien sur quelques incontournables que l’on adore.. et même un peu de suspensEn tout cas we riche en rires et en émotions !

 

Vendredi soir

Gare St Pancras / sortir dans le quartier de Shoreditch

0001

ST PANCRAS

Après un peu plus de 2h d’Eurostar nous prenons un taxi direct pour retrouver mes amies qui étaient déjà sur place depuis le jeudi matin. Je leur avais donné rendez-vous dans le très branché quartier SHOREDITH. Le must pour sortir et faire la fête !

Quel aventure ce taxi anglais, c’était une première… Pas de soucis pour monter à bord, une rampe (abrupte certes mais présente..) nous rend l’accès facile en fauteuil, par contre nous ne sommes pas du tout attachés à l’intérieur ahhhh Pas besoin d’aller à l’autre bout de la planète pour vivre des sensations fortes, vu à quel point le chauffeur roulait vite. Mon micro sens de l’aventure a été mis à rude épreuve héhé J’étais pas mécontente d’arriver :p

0002

Nous avons pu tester une adresse qu’on m’avait recommandée (un ami d’ami, expatrié français habitant le quartier)

MEATMISSION

Verdict : On s’est vraiment régalé, une très bonne adresse !

Adresse : 15 Hoxton Market, London N1 6HG, Royaume-Uni

Accessibilité 9/10 : Top, ressaut à l’entrée et pente à l’intérieur

Les + : Très bonne ambiance, déco sympa et les burgers étaient wouahhh ! (Si vous n’aimez pas trop épicé, méfiez vous ^^ et renseignez-vous auprès du serveur !)

Les - : Lieu assez prisé.. Je vous conseille de réserver ! Un peu bruyant !

D’autres suggestions sympa dans le quartier : The Fox Craft Béer House / The strongroom Bar & Kitchen / Smokestak / pizza East / DF Mexico / Andina / The Attendant / Busaba (Thaï)

0004

0005

0007

Easyhotel Oldstreet Barbican

Après 15 min de marche nous sommes arrivés à notre hôtel (Easyhotel old street barbican) tout ce qu’il y a de plus basique, quel galère de trouver une nuit d’hôtel pas trop cher à Londres !!!! On oublie les airbnb londonien quand on est en fauteuil, les auberges de jeunesse sont pris d’assaut (surtout les chambres couple) plusieurs mois à l’avance, il ne reste plus que les hôtels tous plus chers les uns que les autres, si vous voulez ne pas être trop excentrés.. J’ai donc opté pour une chambre PMR avec fenêtre avec confort simpliste sachant que nous y ferions que dormir..

Prix : 201, 93 £ pour 2 nuits 

Adresse ; 80 Old St, London EC1V 9AZ, Royaume-Uni

Les + : Assez bien situé, dans les moins chers, accessible

Les - : confort vraiment minimaliste

Samedi

Neal’s Yard / Covent Garden (déjeuner Shake Shack) / Soho / Waterloo Bridge / Southbank centre food Market / Balade le long de la tamise / Westminster / ST James Park / Trafalgar square / picadilly Circus / Pizza géante chez Homeslice à Neal’s Yard 

0009

Avec mes amies nous n’avons pas forcément le même rythme en voyage, nous devions les retrouver pour déjeuner sur la charmante place colorée de Neal’s Yard, tout près de Covent Garden, dans un de mes quartiers préférés, j’adore son ambiance, ses petites boutiques créateurs (Idéal pour faire du shopping), ses nombreux restaurants.. 

Neal’s Yard

FullSizeRender-14

FullSizeRender-13

0027

Après avoir attendu les filles, nous décidons de les retrouver à Covent garden

Shake Shack Covent Garden

Comme les filles n’avaient pas faim (gros breakfast chez Grind).. Avec Niko, on décide de se poser en terrasse pour manger sur le pouce..

Quel bonheur de retrouver leurs burgers, petit souvenir ému de New York, on a hâte qu’ils arrivent en France !

0011

Verdict : ils sont toujours aussi bons hummmmm

Adresse : 24, Market Building, Piazza, London WC2E 8RD, Royaume-Uni

Accessibilité 6/10 : Nous étions en terrasse, trottoir pavé, pas mal de monde, grosse marche

Les + : burger américain parfaitement équilibré, de bons ingrédients. Par contre, ne vous attendez pas à trouver du guacamole, comté et autres associations à la française, c’est un incontournable américain simple et efficace.

Les - : dur d’avoir des places, il faut faire la queue

Après on s’est baladé dans le quartier Soho, mais il y avait tellement de monde..

Causes : un samedi ensoleillé + le marathon de Londres + l’anniversaire de la Reine + l’accouchement imminent de Kate..

Nous avons donc décider de nous diriger ver la tamise pour prendre l’air

0012

Vue du Waterloo Bridge

0014

London Eye

Après un peu de stress et de suspens, il a fallu trouver de quoi recharger le fauteuil électrique de ma copine Marie (« En Van Simones« ), heureusement elle a pu se brancher sur le courant d’un Food Truck Cookies sur la balade au bord de l’eau. Merci « Rocky » le camion vintage !

FullSizeRender-11

IMG_0132

Après les filles ont du reprendre un taxi pour récupérer les bagages à l’hôtel et repartir à la gare. See u soon girls !

Processed with VSCO with hb1 preset

31206349_10160220316625291_8194596828226781184_n31154108_10160220316900291_697480793127124992_n

Avec Niko on a continué notre balade dans le quartier de Westminster, puis une pause au calme bien méritée à St James park !

31131067_10160220316895291_6102528544791855104_n

St James Park

Après direction Trafalgar Square, où il y avait un grand concert à ciel ouvert pour la fête de St Georges, puis petit bain de foule à Picadilly Circus..

31250407_10160220316970291_9039704533604761600_n

Trafalgar Square

31225649_10160220316990291_8935523088158687232_n

Picadilly circus

Picadilly circus

Et hop retour dans mon quartier de prédilection pour la soirée, nous avons tenté d’aller diner dans le meilleur indien de Londres DISHOOM, mais plus d’une heure d’attente alors qu’il était à peine 19H.. Dommage !

On est passé voir CHIK’N SOURS, mais la salle n’est pas accessible, car en sous sols.. !

Finalement nous sommes repartis vers Neal’s Yard, nous avions repéré le midi des pizzas géantes qui avaient l’air AMAZZZZIIIIIIING !!!! On en parle de sa taille ???

31180272_10160220317435291_8501040142046199808_n

0030

Homeslice

Verdict : Je vous conseille d’avoir un peu faim ^^ elles sont très bonnes, énormes, et cuites au feu de bois, les recettes sont en plus très originales. On a pris une moitié chorizo, mais, coriandre / et la deuxième partie : champignons, ricotta, graines de courge et chilli

Adresse : 13 Neal’s Yard, London WC2H 9DP, Royaume-Uni

Accessibilité 6/10 : Une grosse marche à l’entrée (environ 15 cm) accueil et service adorable

Les + : ultra copieux et bon, service rapide et sympa, on repart avec son doggy bag

Les - : un peu d’attente (20 min)


Dimanche

Brunch au « The Breakfast Club » dans le quartier d’Islington / Regent’s Canal / Camden Town / Granary Square – Kings Cross / retour à St Pancras

Nous étions à 1h de Camden à pied, j’avais repéré une très bonne adresse. On ne peut pas repartir en France sans faire un bon English breakfast et manger un vrai pudding anglais ! Quel bonheur, on a passé un super moment !!

31239337_10160220330610291_4196786727320289280_n

31265231_10160220330815291_3694538199528374272_n

 

31171542_10160220330790291_282703367422083072_n

31172231_10160220330785291_5607974609824514048_n

The Breakfast Club

Verdict : Wouahhhhh juste parfait, déco charmante, et ultra bon. Tout ce qu’on pouvait imaginer d’un petit déjeuner anglais et même mieux encore !!

Adresse : 31 Camden Passage, London N1 8EA, Royaume-Uni

Accessibilité 3/10 : 5 énormes marches un peu raides arf par contre 2-3 tables possibles en terrasse

Les + : déco vintage, accueil adorable, copieux et deliciouss

Les - : l’accessibilité, de l’attente

Le quartier est vraiment sympa, j’ai adoré, je connaissais pas du tout, légèrement bobo mais pas trop, beaucoup beaucoup moins de touristes que dans le centre, c’était surtout des anglais, des petites boutiques charmantes, on y sent une vraie âme, c’est agréable ! j’y reviendrai avec plaisir lors de mon prochain séjour londonien.

Quartier Islington

31124323_10160220330820291_7740503224649515008_n-131230313_10160220330970291_1696288627656491008_n

Direction Camden

En suivant la carte on est tombé sur un canal beaucoup trop mignon (Regent’s Canal), on l’a suivi sur quelques KM, juste parfait pour ce dimanche après-midi ensoleillé, on aurait pas pu espérer mieux soleil, calme, street art, jardin, péniche, fleurs.. Un vrai bonheur !

31250470_10160220330590291_563165071153299456_n 31223757_10160220330985291_916903864756600832_n 31184650_10160220331200291_8930625502591320064_n

31166973_10160220331180291_1841848844594184192_n

31143785_10160220331165291_426313982740004864_n

CAMDEN

31131276_10160220331540291_8944610813755260928_n

31265219_10160220331380291_917824679975059456_n-1

31180213_10160220331360291_1165017098880024576_n

J’étais contente de découvrir enfin les puces et le quartier de Camden. Après un peu déçue je dois l’avouer, par le manque d’authenticité des objets que l’on peut chiner. C’est très touristique, après on peut y trouver quelques boutiques surprenantes je pense direct au temple du fluo et de la music TRANS, juste dingue, on ne voit ça nulle part (Cyberdog)

FullSizeRender-15

Processed with VSCO with a5 preset

31150328_10160220331405291_8357700792567726080_n

Pause rafraichissante et musicale

31183462_10160220331785291_5321054834353242112_n-131180189_10160220331935291_8012896119350624256_n 31163551_10160220331930291_7101601215594627072_n

31144034_10160220331990291_6562024697536446464_n31180302_10160220332120291_4572659467379802112_nMalheureusement il est l’heure de se diriger vers la gare de St Pancras pour reprendre l’Eurostar, en re-passant bien sur par Regent’s Canal.

Un nouveau quartier est en train d’ailleurs de se réhabiliter, ça risque d’être très sympa dès l’automne prochain (GRANARY square / King’s Cross)

Processed with VSCO with a5 preset Processed with VSCO with a5 presetSi vous souhaitez retrouver toutes mes bonnes adresses FOOD londoniennes, n’hésitez pas à consulter ma carte sur l’application Mapstr (pseudo : oriane thioliere)

Découvrez Aveine, le premier aérateur de vin intelligent !

Pour ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux, je vous parle régulièrement de la Startup AVEINE créée par mon chéri et ses deux associés , il y a plus d’un an !

Retour sur cette belle aventure..

FullSizeRender-3 - copie

Les 3 fondateurs : Nicolas CEO / ingénieur, Mathieu CMO / designer et Niko CTO / expert en IA (de gauche à droite)

C’est tout naturellement autour d’un verre de vin qu’ils font émerger l’idée d’un produit qui réinventerait la dégustation.

Après presque 2 ans de développement avec un sommelier, 6 prototypes et plusieurs récompenses : voici le premier aérateur de vin connecté !

FullSizeRender-6

Tout s’est passé très vite, l’équipe se compose actuellement d’une quinzaine de personnes, animées par les mêmes valeursEPICURISME / SINCERITE / AUDACE

FullSizeRender-6 - copie

Leurs 1ères récompenses

Processed with MOLDIV

L’Aérateur connecté

On a tous chez soi, une jolie carafe qui prend un peu la poussière, on sait tous que c’est mieux d’aérer le vin, mais en pratique.. Qui l’utilise ?? 

De plus on ne sait jamais combien de temps l’aérer, 1H, 2H peut-être plus… ??

29196166_203093506950357_7673291586377089024_o

Et bien l’idée d’Aveine est particulièrement ingénieuse, l’aérateur connecté vous permet de déguster instantanément dans les meilleures conditions votre vin (du plus ordinaire au grand cru). Faire d’un vin ordinaire, un bon vin ! Tentant non.. ^^ ? Quelque soit la bouteille, ça va éveiller vos papilles !! L’important n’est pas l’objet mais le plaisir qu’il va vous procurer.. 

Aveine veut démocratiser la dégustation du vin ! Le vin n’est pas réservé à une élite d’expert..     Tout le monde peut sentir la différence (sans / avec l’aérateur)
 

Comment ça marche ?

Cette innovation brevetée, dispose d’une chambre d’aération qui adapte l’oxygénation du vin     grâce à l’injection d’air au cœur du liquide. Le vin est parfaitement aéré en sortie de bouteille à chaque verre servi. C’est très simple..

En pratique :
1. Placez l’aérateur sur la bouteille après l’avoir débouchée. .
2. Scannez l’étiquette avec votre téléphone via notre application. Elle vous dira quelles sont les conditions idéales de dégustation.
3. Ca y est, c’est prêt.. Servez !

Processed with MOLDIV

> En fonction de l’étiquette, le dispositif va aérer le vin dans ses conditions optimales pour avoir un maximum de plaisir à la dégustation.

> Vous pouvez également mettre en mode manuel grâce à l’écran tactile sur l’aérateur.

Retrouvez leur video de présentation ici 

Campagne INDIEGOGO dès le 28 mars

Si l’aérateur vous intéresse (pour vous ou pour offrir) rien de plus simple, vous pouvez le commander à partir de mercredi 28 mars sur la plateforme de crowdfunding Indiegogo

Mais BONNE NOUVELLE ..  Dès à présent, c’est possible rien que pour vous !!

Soyez les premiers à profiter des meilleurs prix, ne tardez pas !

EXCLUSIVITÉ BLOGLien pour commander en avant première

29257589_203093483617026_2070881604900749312_n

Pour suivre leurs actualités, retrouver Aveine sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter LinkedIn ou instragram)

Mes Bonnes adresses : La Dame de Pic

Quel bonheur de pouvoir enfin tester la table d’Anne-sophie Pic. Quand une copine m’a proposé qu’on aille déjeuner à la Dame de Pic un midi, je n’ai pas hésité longtemps, vous imaginez bien ^^ Je vous conseille fortement de réserver plusieurs jours à l’avance pour être sur d’avoir une table ! Cette chef est très connue pour ses associations étonnantes..

Nous sommes arrivées à midi, à l’ouverture du service, bien accueillies par le chef de salle.

Déco

=> Coup de chapeau sur l’accessibilité, une légère pente à l’entrée, il y a de l’espace entre les tables et des toilettes privatives accessibles de plein pieds.

J’ai bien aimé le fait que les cuisines soient mises en valeur au vue des gens dehors et ouvrant sur la salle. C’est top de valoriser ceux qui cuisinent !

FullSizeRender copie 2 La déco est sobre, épurée, des tableaux en cuir, (oui oui c’est possible) recouvrant les murs entre bois et blanc ! Service présent mais discret, ce qui est appréciable !

Nous avons été placées sur la grande table, avec vue à la fois sur la cuisine et la salle.

la-dame-de-pic-paris

Côté menu

J’ai opté pour la formule du midi, à 59e composé d’une entrée, un plat et un dessert imposés, le menu est fixe, il change en fonction des saisons vous n’avez pas le choix. Après n’hésitez pas à préciser si vous avez des allergies ou si vous n’aimez pas certains aliments. Mes copines ont opté pour le menu PLAISIR à 105e composé de deux entrées, un plat et un dessert. 

En mise en bouche, petite mousse de betterave au café, très étonnant. Texture ultra légère, équilibre des saveurs et un bon goût de café, on ne s’y attend pas. C’était très bon !

Après on a pu patienter en goûtant une petite tartine de beurre infusé aux thés et fève de tonka, un vrai délice le pain légèrement tiédi, croustillant faisant fondre le beurre, le goût était subtile Humm Un pur bonheur !

IMG_6079

Mise en bouche : Mousse de Betterave au café

IMG_6080

Menu du midi à 59e

L’entrée était top, le tartare de truite au citron vert et coriandre était déjà très beau visuellement, un vrai tableau, très frais, léger, j’ai beaucoup aimé ! un bémol pour la glace salé !

Le plat, la volaille était cuite à la perfection, ultra fondante, délicieuse, je regrette juste le manque d’accompagnement

Pour le dessert, c’était une déclinaison autour du coing, j’avoue ce n’est pas forcément mon fruit préféré à la base, mais j’ai été agréablement surprise, très bel équilibre de l’assiette. C’était beau et bon. Petit coup de coeur pour le sablé (un de meilleur que j’ai eu l’occasion de manger), par contre on ne sentait pas trop la bergamote (ce qui n’est pas forcément un mal ^^), petit bémol pour la glace aussi qui n’avait pas beaucoup de goût.

LES + : le rapport qualité-prix, les mélanges sont subtiles

LES – : elle utilise presque dans tous les plats certains ingrédients fétiches : le bergamote, le thé matcha, le géranium..

IMG_6098

La truite fumée, en tartare marinée à la coriandre et citron vert yaourt glacé et riz soufflé

IMG_6081

La volaille fermière jus corsé au parfum de géranium rosat et gingembre, chou-fleur pluriel

IMG_6082

Le coing, sablé à la bergamote, coing confit et sorbet chantilly et crémeux à l’estragon pistaches caramélisées

Menu Plaisir à 105e

Les entrées, j’ai beaucoup aimé la variation sur la carotte et la noisette, c’était très intéressant. Un des plats signature sont les berlingots au chèvre fumé accompagnés de petits champignons des bois, vraiment très bon.

En plat, les filles ont pris le bar façon meunière avec une déclinaison de betteraves, magnifique plat, le poisson était cuit parfaitement, top !

En dessert mille-feuille blanc, épuré, le visuel est canon, et inattendu pour un mille-feuille, après on était moins fan du goût notamment du kumquat confit.

LES + : Délicieux globalement

LES – : pas beaucoup de valeur ajoutée par rapport au menu du midi à moitié prix

Les entrées

IMG_6096

LA CAROTTE, en robe des champs, espuma à la noisette du piémont et au whisky Nikka Black rafraichi à la bergamote

IMG_6097

FullSizeRender copie

Les Berlingots fromage de chèvre légèrement fumé, champignons des sous bois à la fève de Tonka et au poivre Voatsiperifery

IMG_6103

L’oeuf de Poule Fermier embourrée de chou et pommes de terre au thé Lapsang Souchong et citron kabosu

Le plat

IMG_6106

Le Saint-Pierre rôti meunière, bouillon safrané à la livèche et citron kabosu betterave plurielle

Le dessert

IMG_6108

Mille-Feuille Blanc, crème légère au café d’Ethiopie, fine gelée au café et confit sudachi

IMG_6110

IMG_6111

Mignardises : tarte citron yuzu meringuée / Douceur praliné menthe

Mon verdict

Vraiment une superbe expérience, je vous invite vivement à venir exercer vos papilles à des saveurs différentes, les associations sont audacieuses, étonnantes, nous avons pris beaucoup de plaisir à la dégustation

Bon rapport qualité / prix pour la formule midi, par contre il faut vouloir se laisser porter sur un menu imposé

Cadre cosy, on s’y sent bien, on a passé un super moment entre copines

Le personnel est accueillant, présent en restant discret

 Infos pratiques

OU ?

La dame de Pic, 20 rue du Louvre                                          

Métro : Louvre-Rivoli / Châtelet

Réservation et Renseignements : 01 42 60 40 40

COMBIEN ?

Menu MIDI en semaine (hors jours fériés) fixe : 59e

Menu PLAISIR (2entrée + 1 plat + 1 dessert) : 105e

Menu GOURMANDISE (2 entrée + 2 plats + 1 dessert ) : 135e

Verre de vin au verre dans les 15e

QUAND ?

Ouvert tous les jours de 12H-14H et de 19H-21H30

POUR QUI ?

– Envie d’un bon resto, de vous faire plaisir ^^

– En couple, entre amis, repas pro

PMR 9/10

- Pas de marche à l’entrée, le restaurant est de plain pied. 

- Toilettes accessible privatif

– On a pas accès à tout l’espace, la salle du bas notamment

 

 

N’hésitez pas à me suivre :

sur Facebook http://www.facebook.com/Peufef

ou Twitter https://twitter.com/#!/peufef

Participation au Téléthon 2017 !!

A vos agendas !!

Nicolas et moi, nous serons sur le plateau de France 3, le samedi 8 décembre dans l’émission de l’après-midi « La France de tous les exploits » présentée par Agathe Lecaron (présentatrice de l’émission des Maternelles) et Samuel Etienne entre 15H20 et 18H40 !

Nous participerons à une table ronde avec 3 autres couples pour débattre autour du thème :

AMOUR & HANDICAP / DÉSIR DE PARENTALITÉ

Notions abordées :

  • Notre histoire : de la rencontre à notre mariage l’été dernier
  • Etre une mariée en fauteuil
  • Place du handicap au sein du couple
  • Naissance du désir d’enfant
  • Réaction de l’entourage
  • Le parcours pré-conception
  • Les craintes / les peurs
  • Création de l’association

Cela sera l’occasion pour nous de parler de l’association et de nos futurs projets !!

Pour plus de renseignements sur l’AFM ou pour faire un don en ligne : cliquez ICI

telethon

 

Mes bonnes adresses lunch : Loyal

Bienvenue dans ce nouveau spot lunch dans le quartier de St Lazare

Monsieur a déménagé ses bureaux dans ce quartier, petit larme.. sniff.. Good bye Montorgueil et tes restos bobos, on t’aimait bien ^^

Je tiens à vous dire que c’est loin d’être facile de trouver un endroit sympa pour déjeuner dans le coin.. OUT Burger King, Mc do, brasseries chères et autre FAT food (sauf si vous souhaitez prendre 15 kg en 2 mois ??) … NO Way !

Je vous propose le lieu idéal pour votre lunch time, ça vous dit ..?

Déco

Déjà, on en parle de cette déco CANON, juste top, moderne, lumineuse, parfait mix de blanc et de bois naturel clair style nordique, on s’y sent bien. Très bon point pour le coté convivial avec sa grande table centrale et la cuisine ouverte.

loyal_6_jpg_8750_north_426x_whiteCôté menu

Placez vos petits yeux vers le mur où la carte est projetée (un peu gadget mais pourquoi pas soyons fun..!) Peu de choix mais c’est toujours gage de qualité, on valide ! Simple et efficace un plat de poisson, de viande, et végétarien. Très bon rapport qualité prix, mes beaux parents ont été emballés.. Les produits sont bien mis en valeur, c’est gourmand et plein de saveurs. Et en plus ce qui est appréciable c’est les quantités, ni trop copieux nécessitant une sieste digestive obligatoire (pas cool au bureau) ni trop peu qui pourrait être frustrant !

On a tous pris la formule à 18e avec plat + dessert

Les plats

IMG_0006

Plat du jour : poulet moutarde et quinoa

IMG_0003

Salade de quinoa et légumes croquants au wasabi

IMG_0004

Filets de maquereaux, poireaux et harengs fumés

Les desserts

IMG_0007

Moelleux pistache et chocolat

IMG_0008

Crème catalane au caramel

Mon verdict

Gros coup de coeur pour ce spot lunch. Déco moderne, service attentif, et en plus on a bien mangé !! Les produits sont cuisinés minute (ce qui peut engendrer un peu d attente des plats). Je vous conseille d’arriver vers midi pour être sur d’avoir une table et du calme. C’est un peu bruyant pendant le coup de feu. Je testerai la prochaine fois la formule à emporter !

Mon bémol, carton rouge pour l’accessibilité !!

 

 Infos pratiques

OU ?

Loyal 70 bis rue d’Amsterdam 75009 (pas de réservation)

Métro : Liège ou Place Clichy

COMBIEN ?

Menu 18 € (midi, 2 plats)

A emporter : formule 12e (salade, sandwich ou quiche du jour + dessert)

ou 15e (plat du jour + dessert)

QUAND ?

– Du Lundi au Vendredi de 8H – 18H

PMR 4/10

– 2 marches à l’entrée alors qu’ils ont ouverts récemment GRRRR Cà s’est vraiment pas cool !! Je leur ferais une petite remarque la prochaine fois, Non Mais !

 

Oriane + Nicolas

D33_4375

Des mois et des mois à lire et relire des blogs « Mariage », et aujourd’hui, c’est à mon tour de vous raconter notre si folle journée ! Car ça fait un peu plus de 2 mois qu’on s’est dit OUI, et même si j’ai l’impression que c’était hier, cela me semble une éternité.

Voici quelques mots sur les 48h les + intenses de notre vie !

Notre histoire et la demande

Notre histoire a commencé il y’a tout juste 4 ans via un site de rencontre, après quelques mails et surtout une nuit d’échange sur skype. On s’est vu un mois après le retour de Nicolas de Mongolie.. et depuis on ne s’est plus quittés !

De passage en Bretagne pour quelques jours, Il y’a plus d’un an et demi, Niko a fait sa demande sur une charmante petite plage au bord de l’Aven. Après un « selfie couple » un peu forcé héhé je vois niko se mettre à genoux et me tendre l’écrin.. Je fus tellement surprise, que j’ai bredouillé un « Vraiment..??? » d’étonnement et on s’est embrassé fougueusement ! Il a ensuite sorti du buisson champagne, table basse, fauteuil en rotin et galettes bretonnes ^^ Nous sommes restés tous les 2 sur notre plage plusieurs heures, seuls au monde la tête dans les nuages !

Le plus beau souvenir

Dur d’en trouver qu’un seul.. Mon top 3 : Peut être la découverte de ma robe dans les bois. Mais aussi la cérémonie religieuse terriblement émouvante. Sinon j’ai adoré quand on est rentré dans la salle sur notre morceau préféré « Un autre Finistère » des Innocents,  tout le monde était débout et chantait avec nous : Très beau moment de partage !!!

Inspiration déco et DIY

J’ai passé des heures sur internet, (pinterest n’a presque plus de secret pour moi ;) mais aussi des blogs, instagram.. pour trouver de bonnes idées faciles à réaliser et pas trop chères. J’ai fait d ailleurs un article sur la personnalisation et le DIY ici

IMG_3456

D33_3253

D33_3259

D33_3262

Un bon conseil

Donner des missions à vos témoins ou amis proches pour vous décharger du stress le jour J. Lâchez prise sur les mini détails (vous êtes les seuls à les repérer, de toute façon) surtout profitez à 200 % de chaque seconde, le temps passe si vite ! Ne vous préoccupez pas du regard des autres et des convenances, faites un mariage à votre image qui vous ressemble. (Nous n’avions ni pièce montée, ni animation / jeux des mariés, ni photo de groupe…). Et enfin je vous conseille de réserver une nuit dans un super hôtel le dimanche soir, rien de tel pour se retrouver juste tous les 2 à debrieffer sur le we riche en émotions. Nous avions une super chambre avec une vue mer canon avec une terrasse privative, juste parfait pour se détendre, en amoureux ! En + quel plaisir de découvrir et lire les petits mots et Polas rigolos de tout le monde dans le livre d’or..

D33_1991

IMG_2730

D33_2002

D33_1965

D31_0782

IMG_2736D31_0885 - copieProcessed with VSCO with t1 presetIMG_2653D33_2205D33_2231D33_2294D33_2243D33_2435D33_2469D33_2491

D33_2823IMG_2833

D33_3173D33_3225

IMG_2940

Processed with VSCO with t1 preset

Processed with VSCO with t1 preset

FullSizeRender

IMG_2481

LES PRESTATAIRES

Lieu : Manoir de Kerangosquer à Pont-Aven
Traiteur : La maison Pennarun
Brunch : Mme Cloarec et sa fille
Fleurs : Pauline Jezequel-Moriot  « Mint and Sweet Pepper »
Photographe : Vanessa & Vijay Moselle
DJ : Arnaud Boissière Liven’ up

Taxi : Stéphane Lonjean

Alliances : Bernard Sylvain

Papeterie : Homemade

ELLE :
Robe  : Jennifer Thieblin – Boutique « Les étoiles » • Chaussures : Tropéziennes Rondini  • Couronne de fleurs : « Mint and Sweet Pepper » • Coiffure & Make Up : Mes super témoins (Cours de coiffure chez 365C / Conseils makup chez Bobbi Brown) • lingerie : Ysé • Bracelet personnalisé : « Spell On Me »

LUI :
Costume, chemise, pochette et noeud papillon :  De Fursac • chaussures et ceinture : Emling

Petites DEMOISELLES D’HONNEUR

Robes : Cyrillus • Couronnes de fleurs : « Mint and Sweet Pepper »

1 2 3 4