Archive of ‘Divers’ category

Conférence Tourisme & Handicap

86610556_578355939427788_1734357383817199616_n

Hier soir, très belle conférence autour du thème « Tourisme & Handicap » organisée par le Master Tourisme de la Sorbonne de Paris 1. Plus de 70 personnes présentes, 2H d’échange..

J’ai eu le plaisir de partager mon expérience avec trois autres intervenants Florian Blanchet co-fondateur d’ Andyamo (des itinéraires de voyage 100% accessibles), Sacha Gaillard, élu de la mairie de ST Cloud et Charlotte Vella chargée de mission au pôle qualité et accessibilité en région Ile de France.

84984305_182362333089395_8190804874615586816_n 86349394_514211409231680_3914975879872118784_n

Mes Bonnes Adresses : Les petites flèches

LE BAR À JEUX 100% FLÉCHETTES

 

Idéal pour un team building, un anniversaire entre amis..

Mode multijoueur, comptage automatique des points, cibles privatives et replays de vos plus beaux lancers vous permettront de devenir un expert des fléchettes.

Sur place, profitez d’une sélection de bières artisanales brassées en Île-de-France, de cocktails maison et de délicieux tapas. Le tout dans une ambiance chaleureuse et un décor insolite !

129966

crédit : site les petites flèches

IMG_3514

IMG_3515

Assiette TEAM

129955

crédit : site les petites flèches

 

VERDICT

Entrée accessible en fauteuil par une rampe, par contre pas la salle du bas.
Ambiance très sympa, quelques tapas et bières bio de qualité (la Craft Pale Ale bio était top) histoire de prendre des forces pour la compétition. Plusieurs jeux de fléchettes proposés en équipes. Rien de tel pour passer une bonne soirée entre collègues ou entre amis. Vous pouvez réserver les cibles à l’heure. La maitre du jeu était très sympa. Petite photo souvenir à la fin en bonus. Je garde l’idée pour un anniversaire prochainement !

 Infos pratiques

OU ?

 Les petites flèches 49 rue Jean Pierre Timbaud 75011

Métro : Goncourt / Parmentier / Oberkampf / Ménilmontant

Site

COMBIEN ?

Tarif : 19e pour 1 h par cible pour 6 personnes max (Pour profiter un maximum des jeux, il vaut mieux réserver plusieurs heures. Pour cela vous pouvez prendre le créneau suivant, 1h15 plus tard. (Ex : 20h, puis 21h15, puis 22h30..) les 15 min entre les réservations sont offerts

 

A la carte

Softs : 4-5e

Les cocktails : 8-9e / Shot : 3,5e

Bières Bio : demi 3-4,5e / pinte : 5,5 à 8,5e

Vin au verre : 5-6e

Food 

Trio de Mezzés (au choix : tsatiki, houmous, pesto, tartinade au poivron) : 18e

Pâté basque / rillettes de canard / fuet : 6-7,5e

Assiette TEAM pour 4-5 pers (3 mezzés / fuet / pâté / rillettes) : 36e

 

QUAND ?

– Du mardi au samedi de 18h à minuit ou 02H (fin de semaine)

 

PMR 6/10

– Entrée : rampe un peu raide

– Accès à l’ensemble du RDC complet (rampe intérieur aussi) par contre un étage au sous sol non accessible (y penser et le préciser en privatisant un espace)

– 2 Cibles possibles au RDC avec écrans ipad accessibles par contre les cibles sont assez hautes

Mes moments marquants de 2019

Après vous avoir proposé mon palmarès Food & culturel 2019 dans un précédent article, je me disait qu’il serait bien de finir ce moins de janvier en faisant un bilan un peu plus personnel de cette année charnière et vous faire part de mes bonnes résolutions pour 2020 !

Vie + équilibrée

Cette année fût riche émotionnellement.. En ce début d’année, Monsieur a pris la lourde (mais nécessaire) décision de quitter l’entreprenariat pour gagner en qualité de vie et en équilibre. Fini le milieu des startups oû il faut toujours aller plus vite, travailler non stop, se poser 10 000 questions en permanence, ne jamais pouvoir décrocher. Ca a été très très dur mais c’est tellement plus serein, plus apaisé maintenant. Plus de temps pour construire, se recentrer sur notre foyer, voir nos amis, profiter de la vie, reprendre une hygiène de vie plus saine. Ca fait un bien fou ! 

Nouveau compagnon poilu

En avril, nous avons perdu Lady Oscar notre adorable « mamie chaton « , elle nous manque beaucoup ! Mais bon, on se dit que 18 ans est un bel âge pour les chats..

Processed with VSCOcam with n1 preset

Quelques mois après (période de deuil nécessaire), fin août, nous avons repris un adorable petit chaton roux clair tigré : Berlioz de 3 mois. Il est beaucoup trop mignon, câlin, espiègle et rigolo. Maintenant c’est un membre à part entière de notre petite famille.

IMG_9401

Nouvel appart

En novembre dernier, très rapidement nous nous sommes décidés à signer pour notre premier appart. Quel super projet ! Livraison fin 2022 (modulo 6 mois de retard ^^), ça va nous laisser du temps pour réfléchir aux modifications de plan, aux aménagements et à la déco, tranquillement. Let’s Go Pinterest !!!! On a beaucoup trop hâte ..

IMG_0643

Amis & Famille

J’ai été très honorée d’être témoin cette année, que d’émotions de lire mon discours pendant leur cérémonie laïque. Un vrai week-end magique !

IMG_7719

Beaucoup de nos amis proches ont eu (ou vont) avoir d’adorables petits bébés, tous plus mignons les uns que les autres. Je nous souhaite le même bonheur..

« Thiolièrade » : cet été nous avons réussi à être toute ma famille réunie en normandie sur un week-end (même les expatriés d’Asie du sud-est). Ca n’arrive pas si souvent, la dernière fois c’était à notre mariage.. Quel moment chaleureux et ressourçant !

c2571ee3-5990-4e10-a15a-8811d667a96e

Les cousins

 

Diner chez Pierre Gagnaire, restaurant 3 étoiles

Un de mes rêves culinaires réalisés comme cadeau surprise d’anniversaire, un diner en amoureux chez le merveilleux chef : Pierre Gagnaire. Ce fût un moment hors du temps où chaque bouchée était dingue, surprenante, toute en finesse.. Juste DINGUE !

Merci mon Amour <3

IMG_2397

——————–

 

Pour 2020…

> Je nous souhaite de poursuivre nos efforts sur notre équilibre de vie, prendre le temps de beaucoup plus cuisiner au quotidien, manger plus sainement, se coucher plus tôt. Peut-être arrêter de courir partout, sortir 15 fois par semaine et bouger tous les week-ends.. (arf ça ne va pas être facile.. On ne va pas se mentir !)

IMG_2935

 

 

> Continuer à être heureux, savourer chaque jour les petits plaisirs de la vie !

> Avancer sur notre projet immobilier

> Découvrir l’Irlande et faire un beau voyage cet été : l’Islande ou la Norvège

> et penser à agrandir notre petite famille !!!

 

Rétrospective de l’année 2019

Ca y est 2019 s’achève.., il est temps de faire une petit bilan de l’année..

En remontant et faisant défiler le fil de mes photos iphone, je me suis rendue compte à quel point l’année a été riche en découverte FOOD, culturelle..

Dans un deuxième article à venir, je dresserai nos moments marquants de l’année mais aussi nos envies et espoirs pour 2020..

Mes découvertes & coup de coeur

 

Salon de thé / Coffeeshop 

Karamel : pâtisserie et tea time, nous avions découvert leurs galettes des rois, lieux sympa mais bémol pas de réservation possible et l’espace salon de thé n’est pas très pratique en fauteuil

Sunday in soho : idéal pour un déjeuner entre copines ou le brunch

– coffee spoune : tea time ou coworking, on adore leur cappuccino latte dessinant un adorable panda

Processed with MOLDIV

—————————————————

Pâtisserie

Utopie : élue meilleure boulangerie de l’année en 2016

Processed with MOLDIV

—————————————————

Restos

– Meilleur resto gastronomique : Pierre Gagnaire 

avec une petite pensée bonus pour notre déjeuner chez Philippe Etchebest à Bordeaux

– Meilleur resto type bistronomie : Biscotte

– Meilleur resto nature eco-responsable : Les résistants

– Meilleur resto de quartier : Trois B

– Meilleur cuisine de chef : Marso and Co du chef Tomy Gousset

– Meilleur resto méditerranéen : Yaya sécrétan de Juan Arbalaez

– Meilleur italien : Les amis de Messina

– Meilleure cantine : D Noodles 

Processed with MOLDIV

—————————————————

Les expositions

Parmi la quinzaine d’expositions que j’ai eu la chance de faire cette année, je retiens :

Basquiat et Schiele à la fondation Louis Vuitton

Miro au Grand Palais

Vasarely au Centre Pompidou

Ma bonne surprise : Son & lumières dans les jardins de Versailles cet été avec ma belle maman. Avec Monsieur, nous n’aurions sans doute pas pensé y aller mais finalement nous avons tous passé une très bonne soirée en famille. Grande balade de plus de 2H, feux d artifice et spectacle mêlant modernité et histoire.

Processed with MOLDIV

Mes déceptions (en partie à cause de la foule) : Toutankhamon à la grande Halle de la Villette / Léonard De Vinci au Louvre et Vincent Van Gogh à l’atelier des lumières (la première exposition sur Klimt était très sympa, belle immersion dans ses oeuvres, découverte du lieu atypique.. Je trouve qu’il y a moins d’émerveillement la deuxième fois)

Processed with MOLDIV

 —————————————————

Les spectacles

Coup de coeur : Kyan Khojandi (une bonne soirée) à l’Européen

Meilleur découverte One (wo)man show : Alexandra Pizzagali au Théâtre du Marais

Meilleur concert : « The Dead South » au Trianon

Meilleure pièce de théâtre : Les Elucubrations d’Edouard Baer au Théâtre Antoine

Coup de coeur lieu & acoustique : la grande salle de la philharmonie (pour le concert de Charlotte Gainsbourg)

Processed with MOLDIV
—————————————————

Escape Game

Par ordre de préférence :

Phobia – Da vinci Code : bien galère niveau accessibilité mais les énigmes & casse têtes sont ingénieux et différents. Très bon maitre du jeu.. On a passé un super moment !

Jeux de Piste dans les jardins des Tuilleries, cet été : gratuit et très sympa, on a pu apprendre plein de chose tout en s’amusant

Gamescape Gentleman cambrioleur / Arsène Lupin : original, important d’avoir une équipe soudée et complémentaire

Grenoble Live Escape – le fantôme du Titanic dans le cadre d’un evjf. le décor était très sympa, les énigmes variées par contre grosse marche à l’entrée et passage un peu compliqué dans la salle elle-même.

Gamescape Gustave Eiffel : niveau super dur, et pratiquement que des cadenas

Processed with MOLDIV —————————————————

Voyages

Monsieur ayant changé de boulot au printemps, nous n’avons pas eu énormément de vacances cette année. On retient principalement Gôteborg, nos quelques jours à Amsterdam et pas mal de Bretagne (Finistère Sud).

Sinon, nous avons principalement fait un grand nombre de week-ends un peu partout en France :

– Bordeaux / Arcachon / Dune du Pilat

– Vannes et le golf du morbihan

– Presqu’Ile de Crozon

– Marseille / Ile des Embiez / La ciotat / Château Lacoste..

– Grenoble et vallée du Rhône / Lamure sur azergues / Corbonod

– week-end en famille : Châlons en champagne / Pont Audemer

Processed with MOLDIV

Journée de princesse #1

A Noêl dernier, Niko m’avait offert 6 journées princesses en cadeau..

Wouahhh le rêve absolu de chaque fille !!!

Le principe : Prévenir mon prince un peu à l’avance pour qu’il puisse bloquer sa journée, ensuite l’idée c’est d’organiser une super journée en amoureux où je choisis tout (ça peut être des massages, tester de nouvelles adresses, faire une activité, du shopping…) Tout est possible !

Idéal pour planifier quelques spots que j’avais très envie de tester depuis un moment..

 

Programme du jour

 

Etape 1 : Livraison du petit déjeuner chez Bo&mie

Livraison en moins d’une heure sur Paris et en proche banlieue sinon le plus simple c’est de commander la veille pour une livraison prévue à 10H le lendemain.

Il vous faut un minimum de 15e de commande (mais ça se fait vite vu qu’on a envie de tout tester ^^) et les frais de port sont à 3,90e

Adresse : 18 Rue de Turbigo, 75002 Paris

Site : ici

Mon avis : Tout était parfait, livraison a l’heure, de belles découvertes, le pain au praliné, le pain « touchoko ».. Tout était bon et frais ! On s’est régalé.. Idéal pour bien démarrer notre journée en amoureux..

IMG_4248

Les cookies / Pain praliné

IMG_4249

Brioche feuilletée / pain au chocolat / pain « Touchoko »

IMG_4245 IMG_4247

Etape 2 : Déjeuner chez SISENG

Mon avis : Ca fait très longtemps que j’avais envie de tester leur bao burger, mais comme on ne peut pas réserver et l’espace est petit et plutôt pris d’assaut, c’est pas évident !
L’endroit n’est pas vraiment accessible en fauteuil, malheureusement : marche d’environ 15 cm à l’entrée, il n’y a que des tables hautes avec des tabourets en bois, très inconfortables ! Mais bon je suis têtue, quitte a manger sur mes genoux, nous avons pu gouter leur cuisine..
Une fois passés ces obstacles, on se régale, le bao poulet est une tuerie, ainsi que les balls de viande en entrée ou les frites de patate douce. Le prix est très correct avec la formule midi à 15e

Adresse : 82 Quai de Jemmapes, 75010 Paris

IMG_4275

Myopathe 0-1 Tables hautes

IMG_4268 IMG_4269 IMG_4274

Etape 3 : Balade et shopping

IMG_4279 IMG_4304 IMG_4306

Découverte de quelques boutiques et conceptstore sympa dans le quartier proche du canal st martin

> Make my lemonade

Adresse61 Quai de Valmy, 75010 Paris

IMG_4280 IMG_4283

> Klin d’oeil

Concept store et espace pour des expos.

Par contre hyper galère en fauteuil : énorme marche (+20 cm) porte pas large du tout, je passais tout juste. A l’intérieur on circule moyennement facilement, l’espace est petit et chargé d’objets un peu partout.

Adresse : 6 Rue Deguerry, 75011 Paris

IMG_4286 IMG_4287IMG_4289IMG_4291 IMG_4292

> « Centre commercial »

Adresse : 2 Rue de Marseille, 75010 Paris

IMG_4293 IMG_4298 IMG_4299 IMG_4300

Etape 4 : Goûter chez Mori Yoshida et balade au jardin du luxembourg

Mon avis : Très heureuse d’avoir pu enfin goûté leurs pâtisseries. On m’avait fortement recommandé leur mont blanc. Je ne suis pas une grande fan de marron habituellement mais la .. Wouahhhh quel bonheur de déguster cette légèreté, ce dessert très peu sucré n’est absolument pas écœurant !
La tarte au chocolat était assez intense en chocolat, très bonne également mais un peu moins coup de coeur

Adresse65 Avenue de Breteuil, 75007 Paris

IMG_4337

Mont blanc et tarte au choco

IMG_4310

IMG_4322

Balade au jardin du Luxembourg

 

Etape 5 : « Simetierre » au ciné MK2 biblio

Mon avis : Simetierre est la seconde adaptation du roman de Stephen King. Je crois que c’était mon premier film d’horreur au ciné. On rentre bien dans l’histoire, la psychologie des personnage est bien traitée. Même si l’intrigue met un peu de temps à démarrer et qu’on voit rapidement se dessiner l’intrigue, on se laisse malgré tout prendre au jeu. On a passé un bon moment !

Adresse : 162 Avenue de France, 75013 Paris

IMG_4325

Etape 6 : Beer & Nachos @ The Frog

Mon avis : Lieu pris d’assaut les soirs de matchs, et donc assez bruyant nous avons finalement eu une petite place après notre ciné pour boire un verre et grignoter quelques nachos. Pas évident de choisir sa bière quand on ne les connait pas encore. La pearl était sympa.

Adresse : 114 Avenue de France, 75013 Paris

IMG_4334

 

On est rentrés tranquillement après pour regarder les quarts de finale de Top chef ^^

Vraiment une super journée de vacances en amoureux sur Paris.

A renouveler prochainement !!

JIB Smart Home : la solution connectée qui aide à l’autonomie

Aujourd’hui je ne viens pas vous conseiller une nouvelle adresse FOOD tendance, NON.. mais pour une fois, je viens vous parler d’une belle rencontre et d’une super initiative..

Notre rencontre..

Il y a un peu plus d’un an, début Décembre 2017, Niko et moi nous rencontrions Thomas dans un bar pour discuter de notre asso « L’atelier s’adapte » mais également, il voulait nous présenter son projet : créer une solution connectée pour aider à l’autonomie des personnes en situation de handicap. Il voulait savoir ce qu’on en pensait, moi en tant que potentielle future utilisatrice et niko sur le côté startup. Au final on a passé une super soirée.. J’ai bien aimé leur idée, leur enthousiasme, leur envie de créer quelque chose d’utile !

Le lendemain je lui ai envoyé plein de contacts.. Je lui ai ouvert mon « Handi carnet d’adresses » et depuis, je les suis régulièrement. Ils sont venus à quelques réunions d’assos, on se fait de la pub mutuellement, A l’automne 2018, ils m’ont proposé d’être « Beta-testeuse » c’est à dire de tester leur solution de maison connectée.

Qui sont-ils ?

JIB Smart Home a été fondée en Février 2018, par Thomas Groell et Lucas Mota. Le projet est né dans la tête de Thomas, alors manager commercial au sein d’une startup maison connectée en Corée du Sud, via des retours d’utilisateurs handicapés moteur pointant l’impact d’une technologie sur leur autonomie et leur quotidien.

Lucas Mota est développeur mobile, passionné par l’entreprenariat et l’impact des technologies sur l’homme et la société.

Qu’est ce que c’est ?

La solution se compose de 3 éléments complémentaires :

IMG_1646

1. Un ensemble d’objets 

> des ampoules pour connecter les lumières

> des prises pour connecter des lampadaires, chauffage, ventilos..

> un boitier infra-Rouge pour connecter les appareils qui ont une télécommande (TV, chaine Hi-Fi, porte-motorisée, volets électriques, clim..)

IMG_1646

2. Une application mobile de contrôle

Elle est disponible sur IOS et Android et pensée pour le public handicapé moteur

3. Un service d’accompagnement (Tutos, conseils, SAV..)

 

 

Retour sur mon expérience d’utilisatrice

En novembre dernier, Thomas est venu chez moi pour me présenter et m’aider à installer l’ensemble des éléments du kit. J’ai utilisé principalement des ampoules et des prises pour que je puisse via l’application, piloter les différentes lumières de chez moi en un geste, sans me déplacer.

Les points positifs :

L’application est vraiment simple d’utilisation, on peut facilement en 20 minutes installer et connecter les différentes ampoules, prises ainsi que le boitier IR. Si vous avez des horaires réguliers chaque jour, il est possible d’enregistrer des scénarios de façon très intuitive. Et pourquoi pas relier à « Google Home », pour piloter vos appareils vocalement !

– Depuis, j’utilise l’application quotidiennement, je note un vrai gain d’autonomie, plus besoin de me déplacer pour éteindre ou allumer..

Ce que j’ai aimé, c’est que, régulièrement, Thomas revenait vers moi pour avoir mes impressions, mes remarques sur le dispositif, afin que le kit puisse évoluer et coller au plus près des besoins concrets des utilisateurs.

Des pistes d’amélioration :

L’interrupteur doit rester allumé, actuellement pour pouvoir piloter la lumière de son téléphone, il serait intéressant que l’on puisse prochainement se servir à la fois des interrupteurs et de l’application en parallèle pour des questions de practicité au quotidien. Il est dur de se défaire des habitudes pour notre entourage ^^

 

Infos pratiques

Le prix est de 10e / mois pour le kit standard (ils sont en discussion avec la MDPH pour qu’une partie puisse être prise en charge)

Si vous souhaitez plus d’infos..

Leur site internet : https://jib-home.com

ou par mail : contact@jib-home.com

Vous pouvez sinon les retrouvez sur les réseaux sociaux FB, Twitter..

Mes Bonnes Adresses : La RECYCLERIE

Brunch pour « Bobo-écolo »

Lieu dédié à l’éco-responsabilité où on mange, on partage, on bricole de manière intelligente et responsable.

 Les différents espaces

A l’intérieur

Le café-cantine : grande baie vitrée donnant sur les quais, avec un coin bibliothèque

L’atelier de René : 100 % bricolage, venez ramener vos objets qui ont besoin d’une deuxième jeunesse !

La consigne : espace à privatiser pour des conférences

La mezzanine : salon cozy au premier étage (non accessible PMR) / ruche et toit végétalisé

A l’extérieur 

Le long de la petite ceinture, on y retrouve des espaces verts, un potager, un poulailler, un terrain de pétanque, un bar, des jeux pour enfants, l’hiver un marché de Noêl..

21498edd11ce36dfbb9879f17bda2eb1c03abdced8b5a05e7e8cde27716dfb7f

50f027c6-c7f1-48af-9c84-f1f0b665267a

e44629aa94d2f03dd80874dbd8e920c4d3d0c59ab226a838ba93115d52d86bda

7d07a03d-3b44-4c0d-9a4b-428563414622

b73afa55-3ac4-4729-a362-94c3d2347d9fc1a6be5bef2acb2a9d2338c6223e99a397c722c2cb31f89d2f4c7ba80e2f654d 5bc4fe1e7d6fe7a520863672b52554ca188ece0a8d66bc0c56ac592052c04de8

Le Brunch Formule à 22e

SALÉ : l’assiette se compose de mesclun, légumes croquants, épeautre à l’orientale, cantal, saumon gravelax, chou-rouge, poulet sauté au paprika, grenailles poêlées, muffin oeuf brouillés bacon, purée de butternut

+ Boisson chaude à volonté, une corbeille de pains, confiture et jus d’hibiscus

SUCRÉ : riz au lait, flan aux pépites de chocolat, fromage blanc / muesli

IMG_0085

IMG_0129

L’assiette salé

IMG_0131

Les desserts

503e09fc-5801-403c-a03d-afe15bd1da99

IMG_0092

Les extérieurs

77010302d285eabd7a19751d9c9ebe4a598f6051b15f23a721454e2c4732a953

c4fa844f-a148-42b8-9c31-58ccfd32f1d0
0a918f21-d5d1-418c-bb58-9bea5ccc8268

d78acfba8441c82465b28e329af434f1a8b787e4545f7bc923f6f930977ee118 8d2e09655b58357203d1891ce7320bb61d1589b89379ade59eaa0e4105cdcedf

f00debad-d3c2-4d59-8394-911e9dde04e5
b3354e0f-4856-4f56-94ea-3fae7bc8f5ed f96e4242-6fa4-4628-9cc4-e41e63910416

5b15b096aa198f475a0368bd5c47db73150af6643d3aeeae19b4bdd610e082a0

Le marché de Noël

VERDICT

Cadre plutôt chouette dans cette ancienne gare de la petit ceinture, nous étions venues pour un brunch entre copines. Pour être sur d’avoir une table, venez à midi à l’ouverture le samedi (pas de réservation possible). Espace principal accessible en fauteuil.

Côté food : On fait tout soi-même, on commence par payer au bar, le BIP en main on choisit sa table. Après un petit coup de chiffon, on va récupérer des couverts, notre boisson chaude, une corbeille de pain et confiture et le jus d’hibiscus. Une fois que le bip retentit, on part chercher son assiette en cuisine et on finit par débarrasser au centre de tri.

BILAN : Quantité et qualité correct, manque un peu de propreté et de service, malheureusement l’assiette salée refroidit très très vite, c’est dommage!

 

Infos pratiques

Adresse : 83 boulevard Orano 75018 (métro : porte de la chapelle, porte de saint-ouen)

Le sitehttp://www.larecyclerie.com

Ouvert du lundi au jeudi 8H-minuit / vendredi et samedi 12H-02H / dimanche 11H-22H

Prix : Brunch 22e

 

Accessibilté PMR

L’espace principal est accessible grâce à deux petite pentes en bois à l’entrée.

1er étage, jardins et marché de Noêl non accessibles sniff !

 

Après-midi à GROUND CONTROL

Ca fait longtemps que j’avais envie de tester ce lieu atypique, idéal pour « chiller » entre amis en sirotant une limonade et tester un de leur food truck…

Après un échec cuisant lors d’une chaude soirée printanière, beaucoup beaucoup trop de monde, on avait préférés filer dans le très à la mode « GAMELLE » (dont je vous parlerais très bientôt..)

33333108_10160333376040291_1091663979496865792_n

33306046_10160333375940291_339838273683718144_n

33424553_10160333375745291_5728534663945781248_n

FullSizeRender-45

FullSizeRender-46

Le concept

Ground Control, Saison 5 !

Après avoir ambiancé la Cité de la Mode (2014), campé sur des friches ferroviaires du 18e (2015), changé son nom en Grand Train (2016), déménagé dans le 12e (2017)… Ground Control pose ses valises pour deux ans et triple sa surface de plein-air en ouvrant une méga-halle de 4 500 m dans les vieux entrepôts de la SNCF !

Mais alors que nous réserve Ground Control, jusqu’à début 2020 ? Le lieu de vie pluridisciplinaire et indépendant retrouve ses 1500 m² de terrasse et squatte, pour la première fois, l’intérieur de la Halle Charolais, proposant ainsi 4500 m² d’espaces couverts !

Au menu à l’intérieur :

  • Halle à Manger : Faggio (pizza traditionnelle), Mr Zhao (chinois contemporain), Solina (pâtes fraiches aux blés anciens), Chilam (mexicain 100% fait maison), Table nali (african fusion) ou encore cuisine du monde par des chefs réfugiés (La Résidence).

33514124_10160333375860291_5044480020190330880_n

FullSizeRender-53

Solina

Solina : Gnochetti courgette, pesto d’olives, anchois, câpres, parmesan

33397530_10160333375585291_911574596321280000_n

Chilam « Nortena » Burger onglet de boeuf, mariné et grillé, haricots noirs, guacamole, oignons, coriandre

33495884_10160333376440291_1328783969948270592_n

Chilam « Yucateca » Burger au porc mariné

  • Un bar à vin (Le Décanteur) et un bar à cocktails façon speakeasy dans… un avion (Long Courrier), et la Ground Epicerie pour grignoter.
  • Zone Franche : une zone événementielle avec des boutiques et marchés :
    • Mama Petula : Petite jungle urbaine réunissant plantes, végétaux et objets de décoration végétale à prix très abordables
    • Objets Trouvés : concept-store et cabinet de curiosités.
    • Circuit Court : Un étal primeur où faire ses emplettes le week-end. Au choix, des produits alimentaires, bons, bios, de saison, et issus de circuits-courts.
    • Boutique Grand Train
    • Librairie Charybde
  • Ateliers & galeries :
    • GCCC, le « Ground Control Charolais Club » : Cet atelier de lutherie propose le jour des services de customisation, réparation et fabrication de guitares et basses. Le soir venu, il se transforme pour accueillir sur sa scène des concerts acoustiques, en petit comité.
    • Studio 81 : Georges Saillard et son ami photographe José Canavatte font découvrir des photographes de tous horizons et proposent des tirages à petits prix et en séries limitées, ainsi que des ateliers d’initiation à la photographie.

    • Galerie : Une galerie d’art mais aussi un atelier où on peut voir évoluer des artistes de Paris et d’ailleurs.
    • Les Pas Perdus : Pour prendre soin de soi! Yoga, pilates, reiki, réflexologie et méditation du mercredi au dimanche.
    • Hors Control : L’espace pour les enfants.
    • Ground Control Radio 

Au menu à l’extérieur :

  • RestaurantsRØK by WoodMen (cuisine danoise), rozell & co (galettes pur beurre bio), peppa porchetta (italien avec les mains), the asado club (bbq argentin par l’équipe de Carbon), l’huitrerie des frères besson
  • Grand Verger : une terrasse-jardin et un potager avec Les Fermes de Gally
  • Notez que Ground Control affiche également une nouvelle identité graphique, avec une nouvelle signature : “Libres & Curieux“, misant à la fois sur l’indépendance, l’expérience, l’impertinence, le partage, le pluralisme, la solidarité.

 

VERDICT

Après-midi très sympa entre copines, on est arrivées pour le déjeuner, un jeudi, c’était calme, idéal pour bien profiter de l’espace. Ultra contente de goûter SOLINA que j’avais repéré dans l’émission « Très Très Bon » : les pâtes étaient top, al dente cuisinées minute, les burgers mexicains très copieux et savoureux. Globalement les prix sont corrects (comptez dans 10-15e le plat), on a pris des limonades citron vert vraiment très bonnes et thé glacés à l’épicerie (un peu cher 4-5e mais vous avez une consigne d’un euro)

 

Infos pratiques

Adresse : 81 rue du Charolais 75012 (métro : Gare de Lyon, Reuilly – Diderot, Daumesnil)

Le site : ici

Ouvert du mercredi au dimanche de 12H – minuit et le WE à partir de 11H

 

Accessibilté PMR

Pour y accéder en fauteuil, il vous faudra faire le tour du bâtiment, et monter la rue sur environ 300m. Pas vraiment easy d’atteindre la grille d’entrée : Des pavés, des trous, un trottoir en pente.. Un peu galère.. !

Par contre après sur place vous pouvez accéder à l’intérieur de l’entrepôt par une pente douce sur le côté (tout près de la grille de l’entrée)

FullSizeRender-52

Article sur la plateforme HIZY Avril 2018 : Se déplacer en fauteuil roulant, les solutions d’une parisienne

Avec « L’atelier s’adapte » et notre projet de Table à Langer Adaptée, nous avions participé au concours Fablife 2016 organisé par Leroy Merlin et Handicap International. 

Handicap International a décidé de créer une grande plateforme autour du handicap HIZY, avec de grands dossiers thématiques, des forums.. pour répondre à de nombreuses questions que l’on peut se poser.

Caroline Boudet, une journaliste que j’avais rencontré à la remise des prix Fablife m’a contacté pour témoigner dans le cadre d’un grand dossier sur la mobilité

Lien de l’articlehttps://hizy.org/fr/mobilité/deplacements-exterieurs/se-deplacer-en-fauteuil-roulant-les-solutions-?platform=hootsuite

IMG_0721

IMG_0723

FullSizeRender-13

FullSizeRender-14

FullSizeRender-15

FullSizeRender-16

FullSizeRender-17

 

Article dans PORPHYRE mai 2018 : Handicap et monde du travail en pharmacie

Je n’en parle pas très souvent ici, mais je ne suis pas qu’une « Food addict » qui courent les restos héhé ^^, je suis aussi docteur en pharmacie. Porphyre est un journal pharmaceutique destiné aux préparateurs. Un de leurs journalistes m’a contacté pour lui parler de mon parcours / expérience professionnelle.

Travailler en étant malade ou handicapé

FullSizeRender-18

Garder son emploi lorsque l’on est malade ou handicapé entraine le travailleur dans un parcours où maladie et traitements se mêlent à des démarches administratives complexes. Des officinaux ont accepté de nous faire partager leur expérience.

« J’ai très mal vécu l’annonce de mon inaptitude au métier de préparatrice en pharmacie alors que je n’avais pas 40 ans. Un métier que j’aime depuis toujours et que j’ai commencé à l’âge de 16 ans » se souvient Fanny, préparatrice dans le Pas-de-Calais, atteinte de fibromyalgie. Avec l’allongement de la durée de vie au travail et la progression de certaines pathologies, la question du maintien dans l’emploi de travailleurs avec un problème de santé se pose de plus en plus fréquemment. Quelques officinaux nous font partager leurs parcours où la maladie et les traitements se mêlent à la complexité des dispositifs administratifs. Un parcours où « il faut avoir du tempérament et se battre » selon les mots d’Oriane Thiolière, pharmacienne adjointe, obligée de se déplacer en fauteuil roulant à cause d’une amyotrophie spinale.

Maladie ou handicap ?

L’expression « travailleur handicapés » reste encore associée à l’image du fauteuil roulant ou de la canne blanche alors que la définition du « handicap » a été élargie par la loi sur le handicap de 2005 (1). Depuis, la notion de handicap s’étend aux caractères incertains, fluctuants et évolutifs des maladies invalidantes, à leurs impacts sur la vie quotidienne et sur le travail et aux effets des traitements eux-mêmes. Et le Code du travail prévoit que « toute personne dont les possibilités d’obtenir ou de conserver un emploi sont effectivement réduites par suite de l’altération d’une ou plusieurs fonctions physique, sensorielle, mentale ou psychique » peut bénéficier du statut de travailleur handicapé (Article L323-10). Ainsi, tout personne souffrant d’une maladie chronique comme le diabète ou une infection par le VIH, d’un problème de santé ayant des répercussions sur son travail tels des rhumatismes ou des problèmes de vue peut être avoir la reconnaissance de « travailleur handicapé » (voir plus loin).

Encadré : Quelques chiffres*

– 2,7 millions de personnes en âge de travailler (de 15 à 64 ans) déclarent être bénéficiaires de la reconnaissance administrative d’un handicap ou d’une perte d’autonomie ;

– 43% des personnes bénéficiaires d’une reconnaissance administrative du handicap sont actives : 35 % sont en emploi, 8 % au chômage ;

– 938 000 personnes bénéficiaires d’une reconnaissance administrative du handicap occupent un emploi (477 000 hommes et 461 000 femmes).

*Source : INSEE, Enquête emploi 2015, traitement DARES.

Quelque chose ne va pas..

L’annonce du diagnostic est souvent précédée d’une période de doute. Quand le diagnostic se fait attendre, c’est un changement d’état de santé qui laisse penser que quelque chose ne va pas. Fanny a continué à travailler malgré les douleurs croissantes et l’inefficacité des antalgiques. Jusqu’au jour où elle dit pour la première fois à son titulaire qu’elle ne peut plus travailler. S’ensuit un arrêt maladie d’une année au cours duquel le diagnostic de fibromyalgie finit par être posé. Préparatrice à Hazebrouck (59), Elise Spannuet, a aussi connu une année difficile avant que son diabète insulino-dépendant ne soit diagnostiqué. Au point qu’elle se souvient avoir été « contente quand on a trouvé ce qui n’allait pas chez [elle] ». Même si après cette première réaction il a fallu « digérer » l’annonce d’une maladie chronique que la lycéenne de l’époque a « géré seule ». Dans d’autre cas la maladie surgit brutalement au décours d’un examen. C’est par une auto-palpation de son sein qu’Ingrid Dupuis, préparatrice au Centre hospitalier de Douai, a découvert une anomalie. Elle en parle à ses collègues, et comme elle partait en vacances quelques jours après, sa Cadre de santé lui a proposé de se rendre aux urgences de l’hôpital. Une interne en gynécologie l’ausculte et lui prend immédiatement un rendez-vous pour une échographie. « On m’a fait quatre ponctions en urgence. Et à partir de là, j’ai commencé à douter » se remémore la préparatrice hospitalière.

Le choix du métier 

Si pour Fanny devenir préparatrice en pharmacie a toujours été une évidence, ça n’est pas toujours le cas quand la maladie oblige à revoir ses projets. Elise Spannuet ne connaissait de l’officine que le métier de pharmacien auquel elle se destinait avant que le diabète ne vienne perturber sa scolarité. « Je suis quand même passée en terminale malgré une année très difficile en classe de première avant le diagnostic. Je n’ai réussi mon BAC qu’à la deuxième tentative à cause du retard accumulé. J’avais perdu du temps et la durée des études de pharmacie m’a alors fait peur » se souvient la préparatrice. « Après le bac, une conseillère d’orientation m’a proposé un nouveau DEUST Technique et organisation des professions de la santé qui m’intéressait parce qu’il traitait de pharmacologie. C’est pendant le DEUST que j’ai découvert le métier de préparatrice au cours des stages en pharmacie. J’ai commencé la formation à l’âge de 24 ans mais, sans le diabète, j’aurais fait pharmacie ». Réorientation aussi pour Cynthia Mérot atteinte d’une surdité sévère profonde diagnostiquée à l’âge de 6 mois qui l’empêche d’entendre une conversation même avec un appareil auditif. « Sans ce handicap, j’aurais aimé être infirmière ou sage femme. Avec le métier de préparatrice, j’ai quand même pu exercé dans le milieu médical, ce qui m’intéressait » confie la préparatrice. Cynthia a fait une formation en alternance pendant 2 ans et a réussi le BP. « Ça a été très dur car il n’y avait pas régulièrement d’interprète présent. Je devais donc me débrouiller seule et parfois je ne comprenais rien » relate avec une pointe d’humour la préparatrice aujourd’hui en poste à Paris.

Le labyrinthe administratif

L’Allocation pour adulte handicapé (AAH) est versée par la CAF, la pension d’invalidité par la Sécurité sociale, le médecin traitant prescrit le temps partiel thérapeutique mais c’est le médecin du travail qui recherche des solutions d’aménagements du poste de travail et/ ou de reclassement professionnel… Pas facile de se retrouver dans ce qu’il est coutume d’appeler un labyrinthe administratif.« Le parcours administratif n’est pas simple. On pourrait penser qu’une structure va tout gérer, mais on est face à « de l’administratif au plus haut degré ». La moindre démarche prend beaucoup de temps et pour le moindre papier il faut trois semaines en passant par trois bureaux différents » schématise Oriane Thiolière dont l’amyotrophie spinale, maladie génétique due à une dégénérescence des cellules nerveuses, est caractérisée par une faiblesse musculaire liée à une paralysie plus ou moins importante.

Par où commencer ?

Cynthia estime s’être « débrouillée toute seule » alors que Fanny a été conseillée par son médecin traitant tout au long du parcours. Elise avait un suivi annuel à l’hôpital quand son diabète de type 1 a été diagnostiqué. « Ce n’était pas suffisant. Ma glycémie faisait un peu trop le yoyo. Mon médecin traitent m’a orientée vers une endocrinologue près de chez moi avec qui j’ai un suivi plus régulier », et un diabète équilibré. « J’ai l’impression que chacun récupère des infos au fil de son expérience » rapporte Oriane. « Ce n’est pas évident de se diriger dans tout ce qui est AAH et autres. La moindre démarche prend beaucoup de temps et implique parfois plusieurs interlocuteurs ». En fait plusieurs entrées sont possibles. « Au début la personne qui est un peu perdue peut tout aussi bien s’adresser à son médecin traitant, au médecin du travail, à son employeur ou, en cas de problèmes sociaux associés, à un(e) assistant(e) social(e) de la Caisse d’Assurance Retraite et de Santé Au Travail [Carsat (2)]  » constate Sandra Labret , Responsable des Ressources Humaines de l’Association Interprofessionnelle de Santé et Médecine de Travail Marseille – Bouches-du-Rhône (AISMT13). « Même si l’aide au maintien de l’emploi relève principalement du médecin du travail et des Services d’appui au maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés [Sameth (3)] ». L’employeur connaît les coordonnées du médecin du travail, qui doivent être affiché sur le lieu de travail. Il cotise à un service de santé au travail, et chaque salarié a droit à un accès gratuit au médecin du travail à tout moment. Le plus souvent, le salarié prend rendez-vous avec le médecin du travail qui fait un signalement au Sameth pour bénéficier d’un cofinancement si un aménagement de poste est envisager. Le médecin du travail peut conseiller au salarié de faire un dossier MDPH.

Etre reconnu « travailleur handicapé »

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur handicapé (RQTH) donne accès à des aides spécifiques mises en place pour favoriser l’insertion professionnelle et le maintien dans l’emploi. Une « reconnaissance » pourtant mal vécue par les bénéficiaires qui, après la découverte de la maladie, y voient l’annonce d’une gravité supplémentaire de leur état de santé qui renforce le sentiment d’être « différent » déjà inscrit par la maladie. En pratique, la RQTH est demandée auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) (4) du lieu de résidence. Elle est accordée, pour une période de 1 à 5 ans renouvelable, aux travailleurs dont le handicap (au sens de la loi de 2005) réduit effectivement les possibilités d’obtenir ou de conserver un emploi. « La RQTH est un des premiers éléments à obtenir pour le maintien dans l’emploi » souligne Sandra Lebret. « Cette reconnaissance administrative permet de bénéficier d’aides et d’accompagnement. Elle permet par exemple à l’employeur d’obtenir des co-financements par un Service d’Appui au Maintien dans l’Emploi des Travailleurs Handicapés [SAMETH] au cas où des aménagements de poste seraient nécessaire (voir encadré) ». La RQTH est obtenue dans un délai compris en moyenne entre 3 et 8 mois. Il existe aussi une procédure d’urgence quand l’état de santé impose une décision rapide. « L’autre intérêt de demander cette reconnaissance même quand la maladie n’affecte pas l’activité, c’est que, vu les délais d’obtention, le bénéficiaire peut la faire valoir rapidement en cas d’aggravation de l’état de santé ».

En parler ou pas

L’employeur ne peut en être informé d’une RQTH que par la personne concernée.

« J’ai demandé la RQTH au cas où je travaillerais en clinique ou dans l’industrie. C’est peut être un argument pour l’embauche. Je ne suis pas contre l’idée de m’en servir mais je n’ai jamais eu le statut de travailleur handicapé à l’officine » rapporte Oriane Thioliere, qui, même sur son fauteuil, n’a « pas forcément envie de mettre [son] handicap en avant ». En fait la RQTH n’est ni un « label » péjoratif ni un statut garantissant une sécurité d’emploi (5). « On ne peut conseiller à un salarié de signaler le RQTH ou pas à son employeur. Certains font le choix de l’annoncer d’emblée dans leur CV, c’est un peu à quitte ou double. Ça dépend beaucoup de la position de l’employeur vis à vis du handicap ou de la maladie » prévient Sandra Lebret. Parler de sa maladie à son employeur et à ses collègues présente un intérêt pratique quand il s’agit d’aménager le poste de travail  (fatigabilité, accès aux toilettes, absences pour causes d’examens médicaux…). A un niveau plus intime, parler de sa maladie permet aussi de se sentir plus à l’aise et d’éviter la gêne provoquée par l’impression de mentir constamment, un sentiment assez fréquent et souvent mal vécu (5).

Une allocation pour l’« autonomie » 

L’allocation aux adultes handicapés (AAH) est destinée à assurer un minimum de ressources aux personnes handicapées. Elle accordée par la MDPH (4) pour une période de 1 à 5 ans à plusieurs conditions. Le bénéficiaire doit notamment être atteint d’un certain taux d’incapacité permanente et disposer de ressources inférieures à certains plafonds, 9 828 € pour une personne seule et 19 656 € pour un couple. En fonction des ressources du foyer, la CAF applique un abattement sur le montant à taux plein de l’AAH qui est actuellement de 819 € pour un bénéficiaire sans ressource. « Avec ce mode de calcul, j’ai quasiment perdu l’AAH en me mariant l’été dernier » rapporte amèrement Oriane. « C’est aussi pour ça que je me remets activement dans la recherche d’emploi ». Si le secrétariat d’Etat en charge du handicap explique ce calcul de l’AAH par le fait que vivre en couple permet de faire des économies, notamment sur les frais fixes (logement, électricité…), certains députés ont dénoncé une mesure totalement injuste pour les personnes en couple. Au point que certaines personnes handicapées renonceraient à leur projet de mariage ou de Pacs sous peine de voir diminuer ou disparaître leur « allocation d’autonomie » (6). L’AAH va être revalorisée en deux temps, elle sera portée à 860€ le 1er novembre 2018 puis à 900€ le 1er novembre 2019.

Du temps partiel au licenciement pour inaptitude 

Pendant son année passée en arrêt de travail son employeur a assuré à Fanny un maintien intégral de son salaire, primes de Noël et d’été comprises. Pendant cette période la préparatrice a bénéficié d’indemnités complémentaires versées par son employeur qui s’ajoutent aux indemnités journalières versées par la sécurité sociale (voir encadré). Dans le même temps l’employeur de Fanny vend la pharmacie et le nouveau titulaire est d’accord pour reprendre la préparatrice en temps partiel thérapeutique (voir encadré). « Le médecin du travail s’est rendu à la pharmacie pour proposer les aménagements qui me permettraient de travailler en étant malade, en accord avec le repreneur de la pharmacie » relate Fanny dont la fibromyalgie est alors diagnostiquée. En l’occurrence éviter le port de charge lourde et disposer d’un siège haut pour servir. Avant sa reprise, Fanny reçoit une convocation à un entretien préalable au licenciement pour inaptitude au poste de travail. Cette inaptitude est prononcée par le médecin du travail qui considère que l’état de santé du salarié est devenu incompatible avec son poste et qu’aucun aménagement n’est possible. La préparatrice se souvient de son incompréhension à ce moment-là. « Du jour au lendemain je n’étais plus considérée comme préparatrice en pharmacie. Je ne me considérais pourtant pas comme inapte. Peut-être un peu ralentie, mais je pouvais encore faire le comptoir et le secrétariat avec un siège » explique Fanny. Une situation difficile a acceptée qui va pourtant être aggravée par une seconde décision de mise en invalidité.

La pension d’invalidité

Lorsqu’il déclare le travailleur inapte à son poste le médecin du travail peut rendre deux types de décisions. Soit il mentionne que le maintien du salarié au même poste n’est pas possible. L’employeur est alors tenu de rechercher une solution de reclassement dans un emploi comparable. Après un mois de recherche de solution de reclassement infructueuse justifiée par l’employeur, celui-ci peut alors procéder au licenciement du salarié. Soit le médecin du travail mentionne que l’état de santé du salarié l’empêche aussi d’être reclassé dans un autre emploi, et l’employeur peut alors licencier le salarié sans chercher de reclassement. Après avoir été reconnue inapte à son poste dans un premier temps, Fanny est ensuite mise en invalidité de 2ème catégorie par le médecin conseil de la caisse d’assurance maladie. Comme tout salarié dont la capacité de travail ou de revenus est réduite d’au moins 2/3 et répondant à quelques conditions, la préparatrice a droit à une pension d’invalidité pour compenser la perte de ses revenus. Le montant de cette pension dépend du salaire moyen sur la base des 10 meilleures années d’activité et de la catégorie d’invalidité attribuée par le médecin conseil. Pour Fanny, la pension d’invalidité de 2ème catégorie s’élève à 50% de son salaire annuel moyen. La pension d’invalidité peut être révisée à tout moment en cas d’amélioration ou d’aggravation de l’état de santé du travailleur. Elle peut être suspendue si la personne reprend une activité et si, pendant six mois consécutifs, le cumul de la pension d’invalidité et du revenu tiré de l’activité dépasse l’ancien salaire. Une fois atteint l’âge légal de la retraite, entre 60 et 62 ans, la pension d’invalidité se transforme en pension retraite pour inaptitude.

Le soutien bienveillant de l’équipe

La bienveillance de sa cadre et de ses collègues a permis à Ingrid de ne pas interrompre son activité à l’hôpital malgré son cancer du sein, et de ne pas avoir besoin des aides au maintien dans l’emploi. « Les médecins me disaient de m’arrêter et dès le diagnostic la DRH m’a parlé d’un temps partiel thérapeutique. J’ai décidé d’aviser au jour le jour, en prenant des jours de repos après les chimios quand j’étais trop fatiguée et trop nauséeuse » se remémore la préparatrice. « C’était très important, je ne me voyais pas rester chez moi à ruminer comme je le faisais pendant mes repos après les chimios ». Arrangements sur le planning et pour le port des charges lourdes, laisser la priorité pour les postes moins fatigants, toute l’équipe s’est investie pour lui faciliter la tâche avant de se cotiser « pour que je profite bien de mes vacances après mon opération ». Elise ne se considère pas comme malade malgré son diabète et voit plutôt sa situation comme « une hygiène de vie à respecter ». « Dernièrement la médecine du travail est venue à la pharmacie pour faire une étude de mon poste mais je n’avais pas besoin d’aménagement. Ma titulaire fait seulement très attention à ce que j’aie du temps pour déjeuner même si on est en effectif restreint ». Cynthia conserve son poste au préparatoire de la pharmacie, où ses collègues ont pris l’habitude de lui parler en face pour qu’elle puisse lire sur leurs lèvres.

Des conséquences variables

Si Cynthia, Ingrid et Elise ont pu conserver leur poste, Fanny a ressenti « une grande frustration » quand elle a été privée de son travail. « La première année a été très difficile pour moi qui étais habituée à un métier de relations à la pharmacie » rapporte la préparatrice dont la fibromyalgie s’est aggravée au point de limiter fortement ses capacités et qui s’est « faite à l’idée de ne plus travailler en officine ». Elle est aujourd’hui bénévole dans une Association d’aide à l’enfance malade, « Les motards de l’espoir ». « J’y ai retrouvé un peu ce qui m’avait poussée vers un métier de santé. Psychologiquement ça fait du bien d’aider les autres » reconnaît-elle. Quant à Oriane, elle reprend son CV et se prépare à chercher un emploi d’adjointe. « Dans l’idéal j’aimerais faire un mi-temps à la pharmacie et un mi-temps pour d’autres choses qui m’intéressent comme de travailler dans le champ du handicap et du voyage. Faire des guides « Voyager en fauteuil » par exemple. En attendant elle a monté sa propre association, « L’atelier s’adapte », dont le but est des réfléchir à des solutions d’adaptation pour faciliter le quotidien des personnes en situation de handicap.

Encadré : Les indemnités complémentaires

Pendant un arrêt maladie, le salarié peut bénéficier d’indemnités complémentaires (IC) versées par l’employeur qui s’ajoutent aux indemnités journalières versées par la sécurité sociale (IJ).

En fonction l’ancienneté

Au début le salarié perçoit 90% de la rémunération brute qu’il aurait perçu en travaillant (IJ + IC) puis 66% de cette rémunération a partir d’un certain délai qui dépend, comme la durée totale des versements, de l’ancienneté. Exemples* :

– de 1 à 5 ans d’ancienneté, les IC sont versés pendant 60 jours maxi pour porter l’indemnisation (IC+IJ) à 90% pendant 30 jours et à 66,66% pendant 30 jours ;

– de 11 à 15 ans d’ancienneté, IC pendant 100 jours maxi pour porter l’indemnisation (IC+IJ) à 90% pendant 50 jours et à 66,66% pendant 50 jours.

A savoir

– un délai de carence de 7 jours est prévu pour le versement des indemnités complémentaires. Ainsi, sauf dispositions conventionnelles ou accord collectif plus favorables, le versement commence le 8ème jour de l’arrêt maladie ;

– si le salarié a déjà bénéficié d’indemnités complémentaires de l’employeur dans les 12 mois précédents l’arrêt maladie, le nombre de jours déjà indemnisés est déduit de la durée de versement des IC ;

– en contrepartie de l’obligation de verser les indemnités l’employeur est peut faire pratiquer une contre-visite médicale à votre domicile par le médecin de son choix et n’est pas tenu de vous prévenir à l’avance.

* Toutes les situations sur Service-Public.fr, fiche pratique« Arrêt maladie : indemnités versées au salarié par l’employeur ».

Encadré : Le temps partiel thérapeutique 

Souvent appelé « mi-temps thérapeutique », le temps partiel thérapeutique ne correspond pas forcement à un mi-temps strict (1/3 temps par exemple), et peut aussi comporter une adaptation de la charge et/ou du rythme de travail. C’est une disposition temporaire possible après un arrêt de travail consécutif à une maladie ou un accident. Le but est la réinsertion progressive dans l’activité jusqu’à la reprise d’un temps complet dans les conditions initialement prévues dans le contrat. La demande est faite avec le médecin traitant au médecin conseil de la CPAM. Une fois votre demande acceptée, le médecin du travail donne un avis à la reprise thérapeutique. Si l’avis est favorable, l’employeur et le salarié doivent s’entendre sur les modalités du temps partiel thérapeutique. La rémunération du salarié se compose d’une partie du paiement des heures effectuées par l’employeur et d’Indemnités Journalières versées par la CPAM, dont le montant est déterminé par le médecin conseil.

L’employeur peut refuser le temps partiel thérapeutique. Ce qui doit faire envisager soit la poursuite de l’arrêt de travail jusqu’à la reprise du travail dans des conditions normales, soit la reconnaissance d’une inaptitude au poste de travail qui oblige l’employeur de procéder à un licenciement.

Encadré : Le cas du cancer

Nathalie Poyet, Chargée de développement chez « Allo Alex », ligne téléphonique et plateforme digitale pour concilier maladie et travail.

Le cancer permet-il la Reconnaissance de la Qualité de Travailleur handicapé (RQTH) ?

Oui, avec un diagnostic de cancer la personne est éligible à la RQTH même quand elle arrive à mener de front travail et traitements. Les obstacles dans le cas d’un cancer relèvent à la fois d’un manque d’information et d’une réticence vis à vis de l’« étiquette » d’handicapé. Alors que ce statut donne des droits et peut devenir très utile en fonction de l’évolution de la situation. Par exemple il est possible, dans certaines situations, de bénéficier d’une retraite à taux plein dès l’âge légal de départ, entre 60 et 62 ans, même sans avoir tous ses trimestres, ou d’un départ à la retraite anticipée.

 

Qu’en est-il du temps partiel thérapeutique ?

La RQTH ne solutionne pas tout. Les absences liées à la maladie obligent à poser des jours de congés ou des RTT. Pendant les temps de chimiothérapie les personnes peuvent prendre un arrêt maladie, mais c’est plus compliqué par la suite. A la fin des traitements le médecin traitant peut faire une demande de temps partiel thérapeutique auprès de la sécurité sociale qui peut être suivi si besoin par une mise en invalidité. Pour une même problématique, chaque situation individuelle implique des solutions différentes.

Qu’est-ce que « Allo Alex » ?

Allo Alex a été créé en 2016 par Anne-Sophie Tuszynski qui avait déjà fondé Cancer@work, club d’entreprises qui s’adresse plutôt aux DRH et managers. C’est une ligne téléphonique et un blog qui répondent aux questions des malades et des aidants*.

* Appel gratuit au 0 800 400 310) ou sur http://www.alloalex.com.

(1) Loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

(2) Depuis le 1er juillet 2010, les Carsat ont remplacé les caisses régionales d’assurance maladie (CRAM) à l’exception de la CRAM Ile-de-France.

(3) Présents dans tous les départements, les SAMETH ont pour mission d’aider les entreprises et les salariés à trouver une solution de maintien dans l’entreprise. Trouver un SAMETH en rentrant votre département dans la rubrique « Annuaire » du site de l’Agefiph (www.agefiph.fr)

(4) Au sein de la MDPH, c’est la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH) qui accorde la RQTH et l’AAH.

(5) Guide « Maladies chroniques et emploi », Association [im]Patients, Chroniques & Associés, seconde édition, 2014. Sur http://www.chronicite.org

(6) Une cinquantaine de députés de « tous bords » ont soutenu la proposition de loi présentée le 23 janvier 2018 par la députée Marie-George Buffet demandant la suppression de la prise en compte des revenus du conjoint dans le calcul de l’AAH.

1 2 3 5